Tendances Première

Cinéma : quelques répliques cultes qui ont marqué notre vie

Chrystelle Charlier s’intéresse à quelques répliques cultes du cinéma. Souvent profondes, parfois humoristiques mais toujours inspirantes. Petit florilège pour se faire plaisir.

Astérix et Obelix, Mission Cléopâtre

Vous savez, moi, je ne crois pas qu’il y ait de bonnes ou de mauvaises situations. Moi, si je devais résumer ma vie ici, je dirai que c’est d’abord des rencontres…

Cette réplique vous la connaissez. C’est celle d’Edouard Baer C’est profond et charmant. Pas vraiment humoristique mais le jeu d’Edouard Baer fait mouche.

La Haine

L’important, ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage

C’est là une réplique culte de "La Haine". Elle a marqué de nombreux adolescents. Un peu oublié mais il peut toujours parler aux jeunes d’aujourd’hui. Un vrai chef-d’œuvre rythmé par la notion de chute.

Le cercle des poètes disparus

Oubliez tout ce qu’on vous a dit. Les mots et les idées peuvent changer le monde

 

Cette réplique du cercle des poètes disparus a certainement incité de nombreuses personnes à devenir enseignant. Ils ont été nombreux à croire que les mots peuvent changer le monde. Tous les profs ont sûrement rêvé que leurs élèves bravent l’autorité et remettent les choses établies en question.

Harry Potter

On ne peut pas parler de répliques cultes sans parler de Harry Potter. Les plus inspirantes sont sûrement celles de Dumbledore.

 

On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière

La ligne verte

Je suis fatigué, patron. Fatigué de devoir courir les routes et d’être seul comme un moineau sous la pluie. Je suis fatigué de ne jamais avoir un ami pour parler… Je suis fatigué de toute la souffrance que je vois dans le monde.

 

Astérix et Obelix, Mission Cléopâtre

Pas de pierres, pas de construction. Pas de construction, pas de palais

Dikkenek

Dis, on ne t’a jamais appris à manger avec la bouche fermée. J’ai l’impression d’être à côté d’un camion poubelle qui travaille.

Le père Noël est une ordure

Hé, Pierre, y a un monsieur très mal poli qui a téléphoné. Il voulait enculer Thérèse

Je n’aime pas dire du mal des gens mais effectivement elle est gentille.

Vous en voulez encore ? C’est par ici

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK