Tendances Première

Apili : une drôle de méthode pour apprendre à lire grâce à l’humour !


Lire, on le fait presque toutes et tous très facilement. Pourtant, pour beaucoup d’enfants, la lecture ressemble plutôt à un parcours du combattant. Que ce soit à l’école ou à la maison, des tas d’élèves sont perdu-e-s, démotivé-e-s, désintéréssé-e-s. Benjamin Stevens, orthophoniste depuis près de vingt ans, en a vu défiler des dizaines dans ce cas-là. Il a donc créé "Apili", une nouvelle méthode d’apprentissage de la lecture qui utilise une arme redoutable : l’humour !

L’idée lui est venue très simplement. Devant les difficultés éprouvées par ses petits patients et patientes en utilisant les méthodes classiques d’enseignement, pas toujours très drôles, Benjamin Stevens décide de rendre l’exercice plus agréable en leur faisant lire des phrases humoristiques. Il est tout de suite frappé par la différence : les enfants, habituellement en panique devant les difficultés, se métamorphosent et prennent plaisir à faire des exercices.

L’humour est un motivant extraordinaire, il améliore la mémorisation des lettres, l’attention, la concentration, la motivation. Il diminue également le stress, ça a été prouvé par de nombreuses études. L’enfant n’a plus l’impression d’apprendre et de faire un effort, il est dans le plaisir. Et surtout, il découvre que quand on lit, on peut comprendre, et ça a un sens.

Le logopède n’a pas tout inventé de lui-même, ses méthodes existent déjà depuis longtemps. Mais il est l’un des premiers à les avoir toutes regroupées, afin de pouvoir répondre aux besoins spécifiques du plus d’enfants possible. Apili associe une méthode syllabique, complétée par des illustrations, et beaucoup de drôlerie. Des petites histoires qui apprennent, par exemple, à reconnaître les voyelles des consonnes, des images pour reconnaître les lettres, des bouches réalistes qui montrent l’articulation des sons, des gestes pour s’appuyer sur la mémoire kinesthésique (mémoire du corps), une police de caractère très lisible, de grande taille, des syllabes en couleur au début de la méthode, des lettres finales muettes grisées… Tous les moyens sont bons pour apprendre en s’amusant !
 

 

"Je voulais que les enfants réclament leur livre à leurs parents !"

Aujourd’hui, 5% des enfants sont dyslexiques, un chiffre qui risque d’augmenter avec les difficultés d’enseignements liées à la crise sanitaire (les masques sur la bouche des enseignants et enseignantes qui empêchent les élèves de voir et d’imiter l’articulation, par exemple). C’est beaucoup, et c’est souvent difficile à détecter. Les retards de langage peuvent se manifester très tôt, dès la maternelle. Parler aux enfants, leur lire des histoires, c’est donc essentiel dans leur apprentissage.

Le livre en tant qu’objet est dès lors important. Apili, c’est donc avant tout un livre, un objet que l’enfant peut s’approprier et emporter partout. Mais ce n’est pas le seul moyen pour apprendre en s’amusant. Tous les supports proposés par Apili sont disponibles sur son site internet.

► apili.fr

Un dernier conseil : si vous pensez que votre enfant a des troubles de lecture, de parole ou d’apprentissage, adressez-vous à des personnes compétentes qui pourront vous aider, logopèdes ou orthophonistes. Elles seules seront capables de dire si votre enfant éprouve en effet des difficultés ou non.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK