Tendances Première

[A LIRE] Comment bien faire l’amour ? Rassurez-vous, ça s’apprend

Peu ou mal enseignée, sujet tabou par excellence mais qui, pourtant, touche tout un chacun, la sexualité est le sujet dont on ne parle pas ou pas clairement. Partant de ce point de départ, June Pla a créé un compte instagram et vient de publier "Jouissance Club" (Ed. Marabout). Elle fait le point sur la question et démonte quelques idées reçues.

C’est venu d’un hasard… Je me posais des questions sur la sexualité. J’ai posté sur Insta des questions. Vu le nombre de réactions, je me suis dit qu’il fallait que je fasse quelque chose

 

On ne parle pas vraiment de sexualité

Pour l’auteur, la sexualité est partout. Sur les affiches, à la télévision, dans les journaux. Mais, a contrario, nous avons beaucoup de difficultés à parler réellement de sexualité. Pour nombre d’entre nous, il est très compliqué de dire : " j’ai eu du mal à bander ", par exemple.

Il n’y a pas d’éducation sexuelle. Il n’y a pas eu de révolution sexuelle.

Parler de ses envies ou de son ressenti est encore très ardu, voire tabou pour beaucoup d’entre nous. On ne nous apprend pas à apprivoiser son plaisir. Donc, parlons….

Voir cette publication sur Instagram

Le désir est tellement instable et éphémère...Dans une société où le couple doit faire l’amour pour se prouver des choses, on a vite fait de remettre nos sentiments en question lorsque que les pulsions de sexe se font la malle. Or, c’est peut-être le début d’une nouvelle relation qui s’instaure, plus profonde, plus sincère, etc. Quelle pression de croire qu’il faille désirer pour faire exister un couple. Que de souffrance lorsqu’on n’y parvient pas. Rassurez-vous, vous êtes tout simplement humains. Reste à savoir comment gérer la frustration...Être un couple libre ? On en reparlera si vous le voulez bien. ❤️ . Desire is so fleeting and unstable... In a society where the couple have to make love to prove to themselves, we quickly question our feelings when sexual urges run away. It may be a new relationship taking hold, deeper, more sincere, etc.. What a pressure it is to believe it's necessary to have desire towards the other in order to make a couple exist and last. How much suffering are we having when we do not succeed. Rest assured, you only human. Remains to know how to handle the frustration... Being in an open relationship? We'll talk about it if you're OK with that ❤️

Une publication partagée par Jouissance Club (@jouissance.club) le

Idée 2 : Femme et sexualité

Il y a une chape de plomb sur le plaisir féminin. Pour beaucoup de femmes, la sexualité est encore considérée comme quelque chose de sale.

Dans l’histoire, le sexe féminin, n’est pas valorisé. Sur les statues, vous voyez des hommes, des apollons avec des pénis. Mais on ne voit jamais des statues féminines avec des vulves.

Il faut déculpabiliser

Pour l’auteur, il est très important de casser les clichés. Surtout ceux véhiculés par les magazines féminins qui ressassent toujours les mêmes thèmes

Il faut admettre que faire l’amour, ce n’est pas un schéma pré-établi. D’abord, les préliminaires, puis la pénétration et enfin le plaisir. On peut avoir du plaisir de multiples façons différentes.

 

Le cinéma : responsable ?

Sans que l’on s’en rende compte, le cinéma véhicule ce genre de cliché. Les scènes d’amour sont très répandues mais elles sont souvent des éléments identiques

  • Il faut être hétérosexuel,
  • Faire l’amour est d’abord de la pénétration.
  • Et surtout, l’orgasme est simultané.

Or, on sait aujourd’hui que c’est quelque chose de totalement faux. Seules 6% des femmes peuvent atteindre l’orgasme par pénétration.

Libérons-nous

Voir cette publication sur Instagram

Don’t get me wrong ! I love coitus ! But by setting it as the main goal of sexual intercourse, we forget to take the time to build up the sexual tension or to give pleasure in new ways. By taking the time to explore all options, we actually show respect to each other and to ourselves. Lets start seeing sexe as a full plate of delicious food. Lets stop eating every thing up in one sitting, lets appreciate each and every bite, cause once the plate is emptied, there is no pleasure left to get ! . ————— . Je n’ai rien contre la pénétration des sexes, au contraire j’adore ça ! Mais en mettant cela au centre de la relation sexuelle, on oublie de prendre le temps de faire monter le désir ou de donner du plaisir autrement... Prendre le temps d’explorer toutes les possibilités c’est se respecter et respecter l’autre. Voyons le sexe comme une assiette pleine de mets délicieux. Ne nous empressons pas de tout engouffrer, apprécions chaque bouchée car une fois que l’assiette est vide, le plaisir n’est plus.

Une publication partagée par Jouissance Club (@jouissance.club) le

Les hommes : détendez-vous

Autre cliché: l’homme a peur de parler de ses difficultés d’érection. Ca semble très normal, la pression sociale est importante.

Il faut bander sur commande, être performant et durer des plombes… Quelle pression.

Ce que l’auteur dit dans son livre, c’est qu’il faut dédramatiser. La pénétration est une option parmi beaucoup d’autres. 

Les gens ont besoin qu’on les rassure.

Les femmes se culpabilisent beaucoup pour leur sexualité

Pas mal de messages m’arrivent de femmes me disant qu’elles n’arrivent pas à avoir d’orgasme avec leur partenaire alors qu’elles y parviennent seules. D’où angoisse.
 

June Pla veut dédramatiser. On fait l’amour à deux. La responsabilité d’avoir un orgasme ne rient pas qu’à un seul des partenaires. L’orgasme n’est pas, non plus, une fin en soi

Peut-être est-ce parce que pas assez de préliminaire ou de cunnilingus….

 

Avoir un orgasme n’est pas obligatoire. Il n’est pas question de voir cela en terme de "qu’est que j’ai fait de mal ?"

On peut trouver cela important d’en avoir de temps en temps parce que ca prouve que mon ou ma partenaire s’intéresse à mon plaisir. Mais ce n’est pas grave si on n’en a pas

On a une dizaine de zones de plaisir par sexe. June Pla l'affirme. Le plaisir est à portée de main.

Les références

JOUISSANCE CLUB

Collection : Essais Santé
Editions marabout
 
 
Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK