Par Ouï-dire

[SERIE] Ceci n'est pas un documentaire sur Magritte- Retrouvez les 3 épisodes


Si l’adjectif surréaliste est aujourd’hui sur toutes les lèvres, le surréalisme est en réalité assez mal compris. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la démarche des surréalistes en Belgique n’avait rien d’absurde ou de délirant. Au contraire, leurs actions et leurs pratiques artistiques étaient mûrement réfléchies. Leurs publications et manifestations avaient un but très précis : celui de changer le monde. Ou du moins, d’éveiller les esprits, et de pousser à l’action. Plongée dans l'univers du surréalisme à Bruxelles.

Le surréalisme est avant tout une éthique, une attitude morale à l’égard de la vie, écrivait Paul Nougé. Une façon de ne jamais se contenter de ce qui est donné, et de toujours chercher autre chose.

Mais qui étaient les membres du groupe surréaliste de Bruxelles ? Qu'ont-ils écrit, inventé, révolutionné ? Quels liens entretenaient-ils avec André Breton et les surréalistes parisiens ? Pourquoi recherchaient-ils l'anonymat ? Quels ont été leurs échecs et leurs coups d'éclat ?

Derrière le nom de René Magritte, incontestablement le surréaliste belge le plus connu, se cachent une multitude de complices : des poètes, des écrivains, des musiciens, tels que Marcel Lecomte, Camille Goemans, E.LT. Mesens, Paul Colinet ou André Souris.

Et surtout, trois personnalités incontournables, fondatrices, frondeuses, facétieuses, irréductibles et fidèles à elles-mêmes : Paul Nougé, Louis Scutenaire et Marcel Mariën.

Après trois ans de recherches, de chasse aux trésors dans les archives de la SONUMA et d’entretiens avec des spécialistes du surréalisme en Belgique, Romain Detroy nous propose trois portraits sonores qui lèvent le voile sur les figures emblématiques du groupe surréaliste de Bruxelles. 

Les archives parlent, rient, plaisantent et nous rendent si proches ces voix perdues.
Les textes sont lus par Christian Crahay et Philippe Drecq.

 

Paul Nougé, le penseur

Né en 1895 et mort en 1967 à Bruxelles, poète et biochimiste belge, Paul Nougé est le principal instigateur et théoricien du surréalisme en Belgique. Nougé est un homme qui rêve de révolution et de faire vaciller le monde qui l’entoure.

En 1924, il crée la revue Correspondance. Il s’associe à Louis Scutenaire et René Magritte dès 1926. En mars 1953, il rencontre la chanteuse Barbara pour qui il écrira deux chansons. Il est, avec Marcel Mariën, l’un des cofondateurs de la revue surréaliste Les Lèvres Nues.

Ecoutez ici le portrait de Paul Nougé !
(Photo du podcast par Georges Thiry, Musée de la Photographie de Charleroi)

Louis Scutenaire, dit Scut

Né en 1905 à Ollignies et mort à Bruxelles en 1987, écrivain et poète surréaliste belge, Louis Scutenaire est également avocat au barreau de Bruxelles puis fonctionnaire au Ministère de l’Intérieur. Dès 1926, il participe aux activités des surréalistes belges.

Scut (pour les intimes) est un personnage essentiel dans l’histoire du surréalisme en Belgique. On lui doit de très nombreux aphorismes et de courtes histoires réunis sous le titre Mes Inscriptions (premièrement publiés en 1945 chez Gallimard). Parmi ses nombreux textes, il publie un essai sur René Magritte, dont il est proche, et ce dernier illustre plusieurs de ses recueils en retour.
 

Ecoutez ici l'épisode sur Louis Scutenaire !

Photo du podcast : Louis Scutenaire et son double© D. R.

Marcel Mariën, le premier véritable historien du surréalisme

Né en 1920 à Anvers et mort à Bruxelles en 1993, Marcel Mariën est un écrivain surréaliste belge, également poète et essayiste, éditeur et photographe, cinéaste et créateur de collages et autres objets insolites. Il cofonde la revue subversive Les Lèvres Nues en 1954.

Le paradoxe avec Marcel Mariën, c’est qu’il est le plus jeune et le dernier arrivé dans le groupe surréaliste de Bruxelles, mais c’est en grande partie grâce à lui si l’on connaît aujourd’hui les textes de Nougé, de Goemans, de Magritte et de bien d’autres surréalistes. Car Mariën est avant tout est un inépuisable éditeur, et le premier véritable historien du surréalisme en Belgique.

Sur sa tombe au cimetière de Schaerbeek, on peut lire cette épitaphe: " Il n’y a aucun mérite à être quoi que ce soit.

Ecoutez cet épisode ici 

 

'Ceci n’est pas un documentaire sur Magritte',
une création radiophonique en trois parties signée Romain Detroy.

Avec les archives de la SONUMA, les voix de Philippe Drecq, Christian Crahay, Victoire de Changy, et la participation de Xavier Cannone, Philippe Dewolf, Gérard Berréby, Daniel Laroche, et Christian Bussy, à qui ce documentaire est dédié. 

Ce projet a été choisi par Gulliver, un appel à la création radiophonique soutenu par la RTBF, la Radio-télévision suisse romande, la SACD France et la SACD Belgique, ainsi que la Scam France et la Scam Belgique, sans oublier la Promotion des lettres de la Fédération Wallonie Bruxelles. 

Prise de son: Roxane Brunet, Arnaud Herman et Laurent Nelissen. 

Montage et mixage : Pierre Devalet. 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK