Par Ouï-dire

Quand Edmond Blattchen se prête au jeu de Noms de dieux

Edmond Blattchen a, en même temps qu’il pensait Nom(s) de dieu(x) pour la télévision, inventé un nouveau rituel d’investigation de l’autre. Il a reçu 200 invités pendant 22 ans, qui venaient munis d’une phrase, d’un objet et d’un pari pour écrire le titre de l’émission de la manière qui leur convenait le mieux. Aujourd’hui, Edmond Blattchen se soumet lui-même à cet exercice difficile, dans une émission Par Ouï-dire en 3 parties.

C’est aussi l’occasion pour Edmond Blattchen de revisiter les souvenirs de tel ou tel invité, du premier, Bernard-Henry Lévy, à la dernière, Latifa Ibn Ziaten. Car il nourrissait en amont une grande complicité avec chacun d’eux.

Jacques Dochamps, le réalisateur de l’émission, évoque aussi ses souvenirs et ses partages. Il amena l’Orient à Edmond Blattchen, pétri de philosophie et de spiritualité occidentales.

Autour de la table en verre, toujours présente dans le salon d’Edmond, vide sur le plateau et aujourd’hui recouverte de livres, fusèrent beaucoup de rires, celui de Christian Bobin et de Marguerite Barankitse. Des larmes parfois, celles de Latifa Ibn Ziaten qui évoquait son fils assassiné par Mohamed Mera. Et un sens de l’écoute et du pardon qui nous rejoint tous.
 

Retour sur de grandes heures de la télévision

dans Par Ouï-dire
 

En partenariat avec la Sonuma
Réalisation Pascale Tison
____________________

Première partie

Avec notamment des archives de Bernard Henry-Lévy, Christian Bobin et André Comte-Sponville.
 

 


 

Deuxième partie

Avec notamment des archives de Gabriel Ringlet, Christian Bobin et Latifa Ibn Ziaten.

 


 

Troisième partie

Avec notamment des archives de Marguerite Barankitse, Lytta Basset, Jeremy Narby, Tim Guénard, Barbara Hendricks.

 


 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK