Par Ouï-dire

L'effondrement – Quand devenir mère est une souffrance

Une histoire chorale de la difficulté maternelle racontée par des mères : L’effondrement est la traversée difficile que sont amenées à vivre des jeunes femmes, souvent très jeunes, au moment d’une maternité vécue comme un traumatisme.

Jenny Saastamoinen écoute ces jeunes mères, note, écrit ; puis elle leur fait enregistrer un texte qui découle de ces temps intenses. Des mots mis en rythme, repris par un chœur de femmes blessées qui se réapproprient leur histoire. A la souffrance s’ajoute la culpabilité de ne pas pouvoir vivre la plénitude attendue et prescrite par tous. L’effondrement serait le mot global pour décrire leur état.

________________

Ces femmes reviennent du fond d’elles-mêmes, luttent pour réussir à se sentir mère. Elles disent dans un texte la déception, le vertige, les abîmes, la honte… Elles racontent comment masquer ce vide émotionnel à l’entourage, comment cet enfant devient un persécuteur, comment arrivent les pensées folles et envahissantes. Et l’envie de mourir. Et aussi pourtant l’amour. Et la difficulté à trouver de l’aide, un accompagnement adapté. Les incompréhensions. Et les injonctions…

"En 2017, j’ai adressé un appel à témoignages aux femmes qui éprouvent des difficultés à se sentir mère. La lettre démarrait par une citation de ma mère, enregistrée dans un précédent documentaire tourné avec elle en 2007 et qui porte son prénom, Odile :

J’ai mis très longtemps à me dire - je suis mère -, quand j’ai accouché. J’avais un bébé que j’aimais mais je n’arrivais pas à me dire - je suis sa mère -. Et je me demande si je me suis sentie mère un jour…

Ainsi, je savais bien que devenir mère ne va pas de soi. À son époque, on n’en parlait pas. Et aujourd’hui ?

Nombreuses sont celles qui perdent pied à la vue de leur enfant pourtant si désiré, celles qui souhaitent mourir d’avoir donné la vie. Elles luttent, tentent de tenir, de cacher ce qui semble impardonnable et inavouable, même à elles-mêmes. Elles ont honte. Elles se taisent car en parler est trop difficile. Elles s’effondrent. Etre soutenue, accompagnée est alors essentiel pour retrouver un équilibre. Parler, témoigner est un élément moteur dans le fait d’aller mieux. Après cette longue traversée, les femmes ont besoin de partager ce qu’elles ont vécu.

C’est ce que j’ai proposé à ces femmes. J’avais envie de rencontrer ces femmes qui ont vécu cet effondrement. Elles avaient le désir de mettre des mots sur leur histoire. Elles m’ont répondu. Au final, dix mamans ont participé au projet.

Je les ai rencontrées une à une. J’ai d’abord recueilli leur témoignage à partir de longues heures d’entretiens individuels. Je me suis rendu compte au fur et à mesure de nos échanges, qu’elles étaient très souvent persuadées d’être seules à ressentir cela. Or je voyais bien qu’il y avait du commun dans leurs histoires.

Je décide alors de les faire se rencontrer et d’orienter mon projet radiophonique vers une histoire chorale, au sein de laquelle leurs histoires singulières résonnent : l’histoire de celles qui reviennent du fond d’elles-mêmes, qui luttent pour réussir à se sentir mère. Une histoire de la difficulté maternelle.

[…]
Toutes.
Ensemble.
Mères. Ou non. Mères. Toutes. Les. Mères. Toutes. Les. Femmes.

Les mêmes blessures. Les mêmes doutes. Les mêmes absences. Le même poids. La même tristesse. La même joie. La même honte. La culpabilité. Les espoirs. La colère. La haine. L’ambivalence. La renonciation. Le courage. La volonté. La perte. L’envie. Le désir.
[…]*

Dans L’effondrement, rien n’est inventé, tout vient de leurs témoignages.

Elles ne se connaissaient pas. Elles se sont rencontrées, elles ont fait connaissance. Ensemble, dans le respect de l’histoire de chacune, elles ont parlé, se sont écoutées. Elles ont donné à entendre leurs propres mots, parfois ceux des autres, qu’elles ont lus, dans lesquels elles se sont retrouvées. Elles ont dit les résonances, ont perçu les échos dans leurs histoires.

L’expérience a été riche, intense, très émouvante, belle avec plein de partages et de longues discussions. La justesse, l’humilité, la simplicité, la profondeur avec laquelle chacune de ces mères nous livre son témoignage me touche. Et je crois que nombreuses sont les mères qui se retrouveront dans leurs paroles." Jenny Saastamoinen

(..)
Le vois-tu ce fil fragile sur lequel nous marchons ?
C’est le fil ténu de nos histoires timides.
Crions.

[…] *

* Extrait du Poème des immortelles de Fabienne Lacoude

Ecoutez ici les témoignages de ces mères recueillis par Jenny Saastamoinen

L’effondrement
Un documentaire de Jenny Saastamoinen

Avec les voix de Stéphanie Després, Mathilde Fahrner, Fabienne Lacoude, Anne Mino, d’après leurs propres témoignages.
Ainsi que les voix de Stéphanie Auneau, Hélène Geryon, Thaïs Millet,
d’après les témoignages d’Ingrid, de Céline Cauquil et d’Émilie Vareilles.

Un grand merci à Laure Carrier, Sarah Chaumette, Marine Crespin, Myriam Ayçaguer, Maartje Leenen.

Entretiens, transcriptions, écriture, réalisation et montage : Jenny Saastamoinen
Mixage : Vincent Venet

Ce documentaire a reçu le soutien de L’œil lucide et de l’association Maman blues.
Il a bénéficié de la bourse Du côté des ondes, un appel à la création radiophonique soutenu par la RTBF, la SACD, la Scam, la Promotion des Lettres de la Fédération Wallonie Bruxelles, la SACD France et la Scam France.

_________________

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK