Par Ouï-dire

George Sand, une femme libre avant l'heure

George Sand par Nadar
4 images
George Sand par Nadar - © Tous droits réservés

 

C’est la tumultueuse et impétueuse George Sand que l’on retrouve
grâce à un texte que lui consacre Evelyne Bloch-Dano,

Le dernier amour de George Sand (Grasset).

 

Alexandre Manceau était graveur et ami de Maurice Dupin, le fils de Georges Sand.

Pour Manceau, George quittera Nohant qu’elle laissera à son fils (les relations avec sa fille Solange étant bien plus compliquées), pour protéger et soigner le dernier homme qui mourra, comme Chopin, emporté par la tuberculose.

 

Mais c’est surtout l’incroyable vivacité de pensée et d’écriture de Sand, rebelle, courageuse et totalement dévouée à ses amis de la révolution de 48 que l’on découvre à travers le texte d’Evelyne Bloch-Dano et à travers Histoire de ma vie, l’autobiographie écrite pendant cinq ans par George Sand.

Une histoire où Alexandre Manceau n’est pas mentionné, car elle l’a écrit du vivant de l’artiste et aucun vivant ne devait apparaître dans ce livre qui est son chef d’œuvre.

Portrait d’une femme libre avant l’heure, partagée entre ses origines populaires (sa mère) et son éducation aristocratique (sa grand-mère qui lui lègue Nohant où elle repose aujourd’hui).

 

Réalisation : Pascale Tison, Par Ouï-dire

__________________________________

 

George Sand était médecin au village à Nohant, elle cuisinait, recevait, jouait de la harpe, et dessinait magnifiquement.

Elle fut une grand-mère parfaite mais une mère un peu moins aboutie (notamment avec sa fille Solange qui lui échappa dès l’enfance).

Elle reste surtout, avec Histoire de ma vie, son incroyable correspondance de 20.000 lettres avec les plus grands artistes du temps (Flaubert et Delacroix, par exemple), et ses romans campagnards qu’elle appelait ses bergeries, l’une des femmes écrivains les plus importantes que l’histoire ait connues.

Evelyne Bloch-Dano, auteur du Dernier amour de George Sand (Grasset, 2010)parle d’elle comme d’une contemporaine en mettant en avant la liberté d’esprit qui la fonde.

__________________________________

 

Histoire de ma vie

Édition de Martine Reid, Collection Quarto, Gallimard (2004)

À 42 ans, en avril 1847, George Sand commence Histoire de ma vie dont la rédaction prendra huit ans.

Somme méconnue, cet incontestable chef-d'œuvre raconte comment Aurore Dupin est devenue écrivain sous le nom de George Sand.

Mais il se présente aussi comme une quête des origines d'une modernité exceptionnelle. Sand rappelle qu'elle est arrière-petite-fille du maréchal de Saxe par son père et fille du peuple par sa mère. Avec une rare lucidité, elle analyse le "devenir soi" d'un caractère, rappelle sa petite enfance à Nohant, les conflits familiaux qui la déchirent, les tensions qui habitent une famille brisée par la mort du père, la grande mélancolie qui s'ensuit jusqu'à sa tentative de suicide à 17 ans. Si elle évoque admirablement le passé, Sand sait aussi dire le présent et l'avenir : elle expose ses vues sur le devenir de la société, le rôle de la religion, la condition des femmes. 

Histoire de ma vie reste un modèle de vivacité et de courage, de franchise et de détermination. George Sand fonde un genre : l'autobiographie au féminin.

______________________________________________________

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK