Par Ouï-dire

A visiter : l’expo 'Avant le coucher du soleil' et la Chapelle de Semel

Christine Van Acker nous propose de plonger dans l’univers des sorcières, avec une visite de l’exposition Avant le coucher du soleil, à la Maison Losseau à Mons. Elle nous entraîne ensuite à Neufchâteau, où la chapelle de Semel a été rénovée d’une façon bien originale.
 

À voir à Mons, jusqu’au 19 décembre 2021

Un parcours dans l’univers de la sorcière à travers les œuvres de la collection de la Province de Hainaut.

L’exposition Avant le coucher du soleil explore la planète sorcière à travers les œuvres d’artistes contemporains et actuels. Son ambition n’est pas d’aborder la figure de la sorcière de façon littérale, mais plutôt d’interroger les motifs ou les archétypes qui inondent le champ sémantique de la sorcière, comme femme, nature, vie animale, sortilège, transformation, maternité, spiritualité, énergie vitale, sens de la lutte… De réfléchir aux expériences qu’ils initient pour comprendre comment ils mobilisent nos imaginaires.

Christine Van Acker a rencontré Adèle Santocono, cheffe du secteur Arts plastiques de la Province de Hainaut. Et les artistes Priscilla Beccari, Virginie de Limbourg, Maëlle Dufour, Nicolas Clément, Sylvie Pichrist.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre du cycle d’activités
Toutes Soeurcières,
inauguré fin 2019 à la Maison Losseau

 

3 images
Dominique Thirion, Ciao, peinture sur toile 24x30cm, 2014 © Dominique Thirion/Collection Province de Hainaut, Dépôt BPS22, Musée d’art de la Province de Hainaut


À voir à Neufchâteau

Quelque part en 1906, Marie-Hortense sentait venir les premières douleurs. Ce signal lui était connu puisqu’elle avait déjà eu cinq enfants. Elle s’apprêtait donc à mettre au monde le numéro six. Mais Jean-Baptiste, son mari, n’était pas rassuré. C’est que Marie-Hortense avait déjà 44 ans et… le numéro six en réalité paraissait bien être également un numéro sept ! Tout cela n’était pas sans risque…

Très vite, Jean-Baptiste fit une prière : "Si tout se passe bien, je ferai bâtir une chapelle !" Jean et Madeleine vinrent au monde, c’étaient des enfants sains et Marie-Hortense reprit ses forces rapidement. Jean-Baptiste tint promesse : deux ans plus tard, la petite chapelle fut construite.

Depuis janvier 2021, les citoyens de Neufchâteau, toutes générations confondues, s’investissent dans le projet de rénovation de la chapelle Toussaint à Semel, non loin de là. Cent céramiques de leur main et trois cents autres dirigées artistiquement ou réalisées par Ingrid Schreyers prennent à présent les murs de la chapelle. Le thème : la vie rurale à travers les saisons.

Ingrid Schreyers a partagé avec les participants sa technique qui permet aux céramiques de pouvoir être placées en extérieur sans être abîmées par le gel fréquent et parfois puissant en Ardenne. Ceux qui déambulent à Bruxelles connaissent déjà ses mosaïques qui garnissent certains trottoirs.

Un projet de Ruralternatif, qui souhaite faire du lieu "une halte artistique, culturelle et spirituelle ouverte à toutes les sensibilités".

>> Plus d’infos sur le travail d’Ingrid Schreyers : Atelier Flamand Rose

3 images
Les céramiques de la chapelle de Semel © Ingrid Schreyers

Ecoutez ici Façons de Voir

 


Façons de Voir est soutenu par la Direction des Arts Plastiques contemporains
et la Cellule Architecture de la Fédération Wallonie-Bruxelles.


 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK