NOIR Jaune ROUGE - Belgian Crime Story

Fait divers - L’affaire Vandersmissen : le mari, la femme et l’escroc

À la fin des années 1800, les chapeaux à plumes et les robes opulentes donnaient aux dames de la société des airs de noblesse. Sous les jupons épais, des désirs ardents… et parfois même des amants.

Bruxelles, 1882, Gustave Vandersmissen, notable issu d’une famille d’industriels connus, avocat et personnage politique, fait la connaissance du vicomte Edgard Dupleix de Cadignan. L’homme est noble, Français, escroc et joue la partition de l’amitié à la perfection.

Et la musique, Gustave Vandersmissen aime ça. C’est d’ailleurs à l’opéra qu’il a rencontré sa femme, Alice Renaud, en 1876. Elle chantait alors "Carmen", de Bizet, à La Monnaie. Il veut l’épouser, en dépit de l’opposition de sa célèbre famille qui juge la belle trop légère pour devenir une honorable belle-fille. Tant pis, il convole.

2 images
© Tous droits réservés

Alice et Félicien

Ce qui vaut à Alice une si mauvaise réputation dans le milieu des arts et de la bourgeoisie ? Une aventure avec Félicien Rops, alors qu’elle avait 17ans, et lui 22 de plus. L’artiste a financé les études de musique de la jeune femme et ça se sait. Cité plusieurs fois et de manière outrageuse dans le procès qui suivra le drame qui vient, Félicien Rops ira jusqu’à publier un droit de réponse dans la presse et menacera ses détracteurs d’un duel en armes si sa réputation venait à souffrir davantage.

 

2 images
© Tous droits réservés

Réputation, drame, procès


Car oui, tout ceci allait mener au pire. Chez les Vandersmissen, Edgard Dupleix de Cadignan va et vient dans la maison familiale (tout comme dans madame). Non content d’être devenu "l’amant", il contracte des emprunts au nom du mari qui, lorsqu’il l’apprend, l’attaque en justice.


La presse et les mauvaises langues se délectent, les rumeurs tiennent lieu de feuilleton. Pour nuire à son pigeon, Dupleix abreuve les journalistes friands de scandales d’informations sur la relation adultère qu’il entretient avec Alice.

Gustave, en bon mari outré, entame alors une procédure de divorce. Alice quitte le domicile, mais elle refuse la séparation. Elle use de ses charmes pour reconquérir son mari, qui accepte de la fréquenter en cachette. Alice menace : si Gustave ne renonce pas au divorce, elle fera savoir au monde entier que son époux n’est que duplicité et fera publier les courriers explicites qu’il lui adresse. Un article paraît, en effet. Pour Gustave, c’est le déshonneur.
Il tire sur son épouse avec son révolver et la touche. Sa robe s’enflamme. Elle décédera quelques jours plus tard à l’hôpital.

Gustave Vandersmissen est condamné à 15ans de réclusion. Un verdict ramené à 10ans en appel.
Il sera libéré après deux années d’incarcération.

Et Félicien Rops ? Qu’en dit-il ? Cette affaire a inspiré à Nadine Monfils le récit de l’histoire du point de vue de l’artiste.

Un podcast publié dans le cadre de la collection "Noir Jaune Rouge Belgian Crime Story" : une collection de cinq fictions sonores inspirées par des histoires criminelles qui ont émaillé le vingtième siècle belge.