Matin Première

"Where is my mind" un titre qui illustre comment on peut perdre la tête à cause d'une société qui s'autodétruit

Les temps chantent nous plongent en musique dans une époque qui fait encore écho aujourd’hui. Cécile Poss se penche sur le contexte de création d’une chanson, les paroles d’un titre qui collent encore aujourd’hui à l’actualité ou une période de l’histoire illustrée par les musiques composées à ce moment-là. Dans cet épisode, on s'intéresse à la chanson "Where is My Mind", une chanson écrite à l’origine après une séance de plongée mais qui, à cause du titre, des paroles et de son utilisation dans divers films et jeux vidéos, va prendre une dimension qui fait écho à notre monde actuel.

 

Le groupe Pixies se démarque d’emblée du son des années 80.

Issu des college rock, ce groupe de musiciens formés à l’Université, ne recherche ni la virtuosité ni à adopter une rock and roll attitude. Ce qui importe pour eux, ce sont non seulement les émotions glissées dans la musique mais plus encore, le message.

Le 21 mars 1988, Surfer Rosa, le premier album de Pixies sort dans les bacs. L’un des titres, Where is my mind va devenir un standard du rock. Frank Black, le chanteur de Pixies, commence l’écriture de ce morceau après une séance de plongée. Evènement banal et pourtant, le morceau, par son titre et ses paroles va prendre une autre dimension.

Where is my mind va commencer à exprimer la folie, la schizophrénie, les troubles de la santé mentale. Et puis en 1999, le titre accompagne la scène finale du film Fight Club de David Fincher. C’est l’histoire d’un monde qui s’écroule, qui devient fou.

A travers l’utilisation qu’en font les réalisateurs de films et de séries, le tube des Pixies illustre désormais la folie dans laquelle chacun pourrait sombrer, non pas à cause de la solitude, mais bien à cause d’un monde qui est en train de se dégrader et de se détruire, une chanson qui a donc un écho tout particulier à travers la crise actuelle. 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK