Matin Première

Une éruption volcanique en Islande responsable de la Révolution française ?

Les vulcanologues ont les yeux tournés vers la république démocratique du Congo, où l’irruption du Nyiragongo a poussé les autorités à faire évacuer la ville de Goma. Face à la nature déchaînée, on se sent parfois bien peu de choses. Au 18e siècle une irruption volcanique a été l'une de causes de la Révolution française ?

Le 8 juin 1783, dans les hautes terre d’Islande commence une éruption volcanique hors du commun. L’Islande est une terre de glace et de volcan et en 1783, l’éruption du Laki fut d’une toute autre ampleur : elle créa une fissure encore visible aujourd’hui de 27 kilomètres avec l’apparition de 115 cratères. Des torrents de lave envahissent une zone de 565 km2 : c’est 3 fois et demi la région bruxelloise ou si vous préférez la moitié du Brabant wallon. Impressionnant, mais ce n’est pas le pire.

Les gaz qui vont décimer la population

Le pire effectivement ce sont les gaz qui seront dégagés par l’éruption et qui vont littéralement empoisonner l’Islande.

8 millions de tonnes de fluor vont envahir les pâturages islandais intoxicant plus de la moitié du cheptel. Ce qui entraîna une importante famine dans cette ile qui vivait alors quasi en autarcie. Près du quart de la population islandaise perdra la vie et beaucoup fuiront leur pays. L’Islande dépendait alors du Danemark où la nouvelle de l’éruption, autre époque, mit trois mois à arriver. Et il faudra trente ans pour que l’Islande retrouve sa population d’avant la catastrophe.

Les conséquences de l’éruption du Laki ne se limiteront pas à l’Islande

Le brouillard sec et épais, le soleil est rouge sang quand il se lève et se couche, bref une sorte de smog stagne durant des mois dans le ciel européen ; chacun s’interroge alors sur l’origine de ce mystérieux brouillard carrément inquiétant : des arbres perdent leurs feuilles en plein été et de nombreuses personnes souffrent de problème respiratoire. Et il y a de quoi : car ce brouillard est étroitement lié au dioxyde de soufre que l’éruption a libéré dans l’atmosphère et ce en quantité astronomique : 120 millions de tonnes. C’est plus que l’ensemble du dioxyde de soufre produit aujourd’hui sur l’ensemble de la planète. On imagine l’effet qu’a dû être cette concentration en 1784 dans une Europe qui n’avait pas encore connu les cheminées d’usine de la révolution industrielle.

Un enchaînement inédit

Cette éruption semble avoir eu des effets dévastateurs sur le climat, provoquant des situations fortement inhabituelles. Durant l’été 1783, juste après l’irruption a été extrêmement chaud avec des orages très violents dans le nord, le centre et l’ouest de l’Europe, c’est-à-dire la zone directement concernée par le nuage de dioxyde de soufre provoquée par l’éruption du Laki.

Et l’hiver suivant a été terriblement rigoureux. Il gèle jusqu’à -20 à Paris, où la température restera sous zéro sans interruption pendant deux mois. En 1785, à nouveau chaleur et sécheresse et rigueur hivernale et en 1788, on se retrouve avec un nouvel hiver effroyable : la Seine est gelée mais aussi le Rhône, la Garonne, le lac Léman. L’immense nuage de cendres a-t-il perturbé le climat de la France et de nos contrées  durant quelques années  ? En tout cas, ces sécheresses répétées et ces hivers rigoureux forment un cocktail détonnant : la famine guette.

Quand les paysans ont faim, la colère gronde contre le Roi et les nantis

Alors ce n’est évidemment pas la seule cause de la Révolution en France traversée par des idées de liberté et d’égalité mais il est certain que la disette vécue dans les campagnes de France a pesé lourd dans la balance. C’est dans tous les livres d’histoire : "Associée à des hivers très rudes, de mauvaises récoltes et une forte hausse du prix du pain entre 1787 et 1789 (+75 %), la crise alimentaire entraîne des émeutes dans les campagnes françaises.." Et si l’irruption volcanique du Laki a été à l’origine d’un dérèglement climatique de plusieurs années – ce qui n’est pas sûr mais pas impossible -on pourrait dire qu’un volcan peut en causer un autre : de l’éruption à la révolution…

Voilà qui nous renvoie en tout cas à la fragilité des sociétés humaines et cela nous parle aujourd’hui. D’abord bien sûr avec cette pandémie que nous venons de vivre, aussi intense qu’inattendue. Ensuite, parce que l’on voit l’impact que peuvent avoir des modifications importantes du climat, nous qui sommes précisément confrontés à ce défi du 21e siècle. En se souvenant de l’impact qu’eut le Laki il y a 2 siècles et demi, on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK