Matin Première

Pourquoi faisons-nous des rêves si intenses pendant le confinement ?

Pourquoi faisons-nous des rêves si intenses pendant le confinement ?
Pourquoi faisons-nous des rêves si intenses pendant le confinement ? - © Pixabay

Tous les matins, Marie Van Cutsem répond aux interrogations des auditeurs en période de confinement. Aujourd’hui, il est question de l’installation d’une connexion Internet et de nos rêves qui semblent plus intenses que d’habitude.

Connexion Internet

Est-il encore possible de se faire installer une connexion Internet à domicile alors que les contacts sont limités au strict minimum, mais que beaucoup en ont besoin pour faire du télétravail ? Certains ont essayé et se sont vu annuler successivement leurs rendez-vous. Selon le porte-parole de Proximus, les techniciens d’installation continuent à travailler en donnant cependant priorité aux demandes qui émanent du secteur médical : les hôpitaux, comme le MontLégia qui a déménagé en urgence, les centres médicaux ou cabinets privés de médecins. Dans ce contexte, les particuliers ont la possibilité de prendre rendez-vous, mais ils passeront après les requêtes médicales, en fonction des disponibilités des équipes. Il faudra donc s’armer de patience.

Faire de beaux rêves

Nombreux sont ceux qui ont réalisé qu’en cette période de confinement, leurs rêves étaient plus intenses, plus vivaces et plus durables que d’habitude. D’après un psychanalyste, cela est bel et bien lié à la situation exceptionnelle que nous vivons. En temps normal, nous nous défoulons, libérons nos désirs par l’action en sortant, voyant des gens et en nous adonnant à diverses activités. Le confinement a pour effet de limiter ces exutoires, de sorte que nous nous retrouvons davantage face à nous-mêmes et à nos ressentis. Freud affirmait d’ailleurs que le rêve était le lieu de l’accomplissement déguisé d’un désir refoulé. Les songes nous permettraient donc de nous défouler puisque nous n’avons plus la possibilité de le faire éveillés. Ils ont également une fonction d’assimilation du réel, ainsi, si vous faites beaucoup de cauchemars, c’est sans doute une manière pour votre inconscient de digérer symboliquement la réalité et les angoisses qu’elle génère. Si ces cauchemars vous submergent et deviennent difficiles à gérer, il peut être intéressant d’en parler avec un psychologue, certains tiennent des consultations à distance. En attendant, pour éviter les mauvais rêves, il s’agit de ne pas passer trop de temps sur les réseaux sociaux, de limiter son exposition à l’information anxiogène et de pratiquer une activité physique pour se changer les idées, afin de ne pas donner de mauvais grain à moudre à son inconscient.

(Ré)écoutez la séquence "Et vous dans tout ça" de Marie Van Cutsem

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK