Matin Première

Le football sans public, toujours rentable ?

Le football sans public, toujours rentable ?
Le football sans public, toujours rentable ? - © Buda Mendes - Getty Images

Le monde du foot a, lui aussi, été frappé de plein fouet par le coronavirus : plus de matchs, plus de tickets d’entrée, plus de dépenses dans les buvettes des stades, plus de merchandising (excepté en ligne), des sponsors méchamment refroidis… Frédéric Brebant a analysé les techniques dont les clubs font donc preuve pour appâter les amateurs du ballon rond !

C’est la catastrophe pour les clubs de foot qui sont au bord du gouffre financier.

Alors, c’est vrai que les matchs ont repris dans certains championnats européens, toujours sans public, mais pas chez nous. En Belgique, tout s’est arrêté depuis l’avant-dernière journée de championnat le 7 mars dernier, les play-off ont été carrément annulés et, aujourd’hui, personne ne sait encore quand les supporters pourront pleinement revenir dans les stades. Or, la prochaine saison 2020-2021 débute déjà le 7 août (c’est deux moins de deux mois) et pour les clubs, il est essentiel que le public revienne et, surtout, qu’un maximum de supporters reprennent déjà leur abonnement, ne fût-ce que pour avoir un ballon d’oxygène financier.

 

Le Royal Antwerp fait corps avec ces supporters

Pour convaincre les supporters d’acheter déjà maintenant leur abonnement alors que l’incertitude plane toujours sur les stades, le Royal Antwerp a lancé une opération marketing assez séduisante.

En fait, le club anversois a promis à chaque personne qui prenait son abonnement suffisamment tôt d’avoir sa photo affichée sur le maillot des joueurs. La photo sera évidemment microscopique et intégrera le numéro d’un joueur choisi par le supporter. Il faudra donc une loupe pour la voir, mais l’idée, c’est que le public fasse littéralement corps avec les joueurs d’Antwerp sur le terrain. C’est assez original, sauf que le concept n’émane pas du club anversois.

Il se fait que Coca-Cola, qui est sponsor des Diables Rouges depuis de nombreuses années déjà, a fait exactement la même chose en 2014. Des milliers de photos de 4 mm² chacune ont été intégrées au numéro de maillot pixélisé des joueurs belges. Alors là, il ne s’agissait pas d’un argument marketing pour inviter les supporters à prendre un abonnement, mais simplement d’une opération de com’pour faire parler de la marque. Cela dit, on n’en voudra pas à l’Antwerp de ressortir l’idée du frigo.

 

 

Des supporters en carton dans le stade

Le club du Borussia Mönchengladbach a d’ailleurs fait très fort pour la reprise du championnat allemand le 23 mai, en pleine pandémie. Pour son match qui s’est disputé à huis clos contre Leverkussen, les supporters qui étaient interdits de stade ont eu la possibilité d’être malgré tout présents via leur double en carton. Les supporters devaient débourser 18 euros pour voir leur photo grandeur nature posée sur une silhouette et installée sur un siège du stade.

Au total, plus de 13.000 effigies en carton ont été déployées pour ce match du Borussia Mönchengladbach, ce qui fait (si je calcule bien) plus de 230.000 euros (ce qui est toujours bienvenu dans les caisses du club).

Mais surtout, cela a donné une dimension plus humaine au match, ça a renforcé le lien joueur supporter et, surtout, c’était une très belle opération marketing qui a mis un sacré coup de projecteur sur le club allemand. Pour info, rapidement, c’est aussi l’idée qu’a eu un exploitant de salle de cinéma français pour maintenir le contact avec ses plus fidèles clients pendant le confinement.

 

Des mannequins en silicone dans les tribunes

Le mois dernier, le FC Séoul qui, lui aussi, pouvait reprendre ses matchs, mais toujours sans public, a eu l’idée saugrenue de déployer des mannequins en silicone dans ses tribunes (en clair : des poupées grandeur nature qui sont habituellement destinées à un usage sexuel).

Bref, ce grand club coréen a posé plusieurs mannequins féminins sur ses sièges, fort heureusement habillées (aux couleurs du club d’ailleurs), mais qui tenaient en main des pancartes publicitaires pour une marque de… Sex-toys ! A priori, c’est rigolo, mais ça n’a pas fait rire tout le monde.

De nombreux supporters se sont plaints et, surtout, le FC Séoul a écopé d’une amende record pour ce dérapage publicitaire qui portait atteinte aux bonnes mœurs : 100 millions de wons, soit 75.000 euros. La Ligue de football coréenne a en effet estimé, que le club a " profondément humilié ses fans de sexe féminin".

Bref, en football comme ailleurs, la délicatesse n’est pas toujours à l’ordre du jour, surtout quand on fait de la pub.

 

 

 

 

 

 

 

 

Réécoute la chronique de Frédéric Brebant dans Matin Première

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK