Matin Première

Le E-commerce pour les magasins de proximité : une vraie solution ?

E-commerce pour les magasins de proximité : une révolution ?
E-commerce pour les magasins de proximité : une révolution ? - © Unsplash

Le confinement et la fermeture obligatoire des magasins non alimentaires ont mis dans l’embarras bon nombre de petits commerçants. Loin de se laisser abattre, certains ont décidé de développer des stratégies pour survivre et se réinventer en se lançant dans la grande aventure de la vente en ligne. L’e-commerce a effectivement le vent en poupe et prend davantage d’ampleur lorsque les consommateurs sont enfermés chez eux. Isabelle Grippa, directrice de l’agence Hub Brussels qui accompagne les entreprises, détaille pourquoi et comment les boutiques de proximité se sont également essayées à l’exercice à l’échelon local.

L’enjeu des petits commerces

Ces dernières semaines, de nombreux petits commerçants ont sauté le pas en développant leur plateforme de vente en ligne. 1300 d’entre eux ont en tout cas participé aux webinaires de sensibilisation et d’accompagnement organisés par Hub Brussels sur le sujet, ce qui démontre l’intérêt et l’engouement des indépendants pour la démarche. Stéphanie, par exemple, vend des vêtements de seconde main pour les enfants à Schaerbeek. Voyant les demandes de ses clients continuer à affluer malgré le confinement, elle a lancé son propre webshop et est aujourd’hui en mesure d’assurer toutes ses commandes à distance. Sur les grosses plateformes multinationales également, une recrudescence des ventes en ligne se manifeste et l’enjeu est donc d’équiper et de conseiller les commerces de proximité de façon à rapatrier vers eux ces nouvelles habitudes de consommation qui pourraient s’ancrer durablement.

Fracture numérique

Si certains commerces parviennent à se réinventer en transposant leur activité sur le net, beaucoup n’en ont tout simplement pas la capacité technologique ou financière. Avant la crise, seuls 25% des magasins de proximité étaient équipés pour la vente par Internet et pour les 75% restant, il ne suffit pas de créer un site web pour que le système soit opérationnel et rentable du jour au lendemain. L’enjeu consiste à développer une stratégie et reproduire l’expérience client par la digitalisation afin de trouver sa place sur le marché en ligne très concurrentiel. Or, tous les commerçants ne sont pas égaux face aux technologies et au marketing digital, la plupart sont des artisans qui ne sont pas armés pour une telle transition et la fracture numérique existant dans le secteur n’est donc pas à sous-estimer. Ces récents dispositifs devront donc être rendus accessibles à toutes et tous par un accompagnement spécialisé et territorialisé.

Magasins en difficulté

Ces nouvelles fenêtres d’opportunités permettant aux boutiques de proximité de suivre les mutations numériques ne doivent pas faire oublier que le secteur est en grande difficulté et fait face à une crise sans précédent. Dans tout le pays, la situation des commerces est catastrophique et 40% d’entre eux à Bruxelles risquent la faillite. La vente en ligne leur est nécessaire pour survivre en maintenant leur activité et en couvrant les frais, mais elle n’a jamais compensé le manque total à gagner de leur chiffre d’affaires habituel. Face aux fermetures inévitables de certaines activités, les consommateurs les plus fidèles se (re)tourneront peut-être vers les plateformes internationales répondant à la demande et les magasins peuvent perdre de leur attractivité. Il s’agit donc de travailler sur les réouvertures et de guider les éventuelles reconversions des entreprises.

(Ré)écoutez la séquence "Et vous dans tout ça ?" d'Hélène Maquet