Matin Première

La véritable histoire de l'album "The Wall"

Les temps chantent nous plongent en musique dans une époque qui fait encore écho aujourd’hui. Cécile Poss se penche sur le contexte de création d’une chanson, les paroles d’un titre qui collent encore aujourd’hui à l’actualité ou une période de l’histoire illustrée par les musiques composées à ce moment-là.  

Nous sommes à Berlin, quelques mois après la chute du Mur, quelques semaines avant l’unification allemande.

En ce 21 juillet 1990, sur la Potsdamer Platz, Roger Waters donne un concert. Il s’est entouré de plusieurs musiciens, the Scorpions, Bryan Adams, Cindy Lauper, Sinead O’Connor, Marianne Faithfull ou encore Van Morisson. Ils se sont réunis sur l’ancien No man’s land pour chanter les titres de l’album The Wall des Pink Floyd.

Depuis, dans les mémoires, l’album reste associé à la chute du mur. Pourtant, ce concept naît 10 ans plus tôt, en 1979. En concert, lors des parties acoustiques, Roger Waters se rend compte que le public ne l’écoute pas. Son public l’incommode de plus en plus. La solution ? Eriger un mur et donner la moitié du concert à l’abri des regards. L’album-concept The Wall est né et Roger Waters décide de le faire évoluer avec le temps et les évènements politiques. " Je voulais que ce mur, dit-il, représente plus une vision globale, parler de ces murs qui font que nous sommes effrayés les uns des autres et qui nous séparent plutôt que de nous unir ".

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK