Matin Première

La politique agricole commune de l’Europe, un frein à la neutralité carbone ?

L’Europe est frappé de plein fouet par la seconde vague de covid. Une partie de l’Union se reconfine, ne serait-ce que partiellement, et cela va laisser des traces dans nos économies. Malgré tout ça l’Europe a désormais un cap précis pour sortir de la crise : la transition écologique. Un objectif qui se heurte déjà à des murs, comme celui de la PAC, la politique agricole commune.

L’Europe vise la neutralité carbone pour 2050

Face à la pandémie, l’Union promet d’accélérer sa transition écologique et numérique. Les vagues successives du covid viennent fracasser nos sociétés et nos économies. Mais nous allons nous relever promettent les dirigeants européens. Plus forts, plus verts.

Le Green Deal et l’Europe numérique vont être les mamelles de la croissance.

C’est désormais un engagement des Européens.

Ils ne manquent pas une occasion de le rappeler. On l’a encore vu cette semaine avec le programme de travail de la Commission. On y retrouve tous les textes de loi qui vont être lancés dans les prochains mois et sans surprise le pacte vert ou le virage numérique se taillent la part du lion.

Nous sommes prévenus, les données ont été entrées dans le GPS européen.

Cap désormais sur la neutralité carbone aux alentours de 2050.

La PAC obstacle à la transition écologique

Mais un obstacle a déjà fait sortir l’Europe de sa trajectoire pourtant si bien balisée, c’est la politique agricole commune : la PAC.

Depuis le traité de Rome en 1957, c’est la politique la plus intégrée dans l’Union. C’est aussi la plus gourmande, avec un budget de 387 milliards d’euros.

La PAC, c’est ce qui a permis de développer la production agricole européenne. D’abord pour nourrir les Européens, puis une grande partie du monde.

Le problème, c’est que ce modèle d’agriculture intensive, c’est aussi une menace pour la biodiversité en Europe. C’est ce que l’agence européenne de l’environnement a encore rappelé cette semaine dans son rapport sur l’état de la nature en Europe

La disparition des oiseaux ou des insectes est due, en grande partie, à l’usage massif de produits phytosanitaires ou au manque de diversité dans les cultures.

Et il n’y a pas que les dangereux environnementalistes pour tirer la sonnette d’alarme. Les juges de la Cour des comptes de l’Union aussi tapent sur l’agriculture européenne. Pour eux les contraintes environnementales qui, petit à petit, ont été introduites dans la PAC n’ont eu aucun effet.

 

La PAC va-t-elle se "verdir" pour répondre aux objectifs ?

C’est l’ambition affichée.

Avec de nouveaux outils à la clé. Comme ce mécanisme qui va garantir qu’une partie des aides aux agriculteurs sera versée en échange de pratiques environnementales.

Il a fallu des heures et des heures de négociation pour aboutir à un compromis qui convainque les Etats membres de faire ce mini saut environnemental. Et comme souvent, le problème des compromis c’est qu’ils diluent trop le principe de base.

L’ambition finale des Européens va être beaucoup trop faible pour changer le système en profondeur.

Il n’y aura donc pas de révolution verte dans la politique agricole commune.

 

 

 

 

La route vers la neutralité carbone est semée d'embûches

Si le compromis faible de la PAC promet une route vers la neutralité carbone encore longue et sinueuse, il faut cependant que ce dérapage très mal contrôlé serve de piqûre de rappel.

Les dirigeants européens doivent se souvenir de la forte mobilisation des jeunes lors des élections européennes. Ils veulent des résultats pas des promesses en l’air.

Aux leaders européens de mieux négocier les prochains virages. Sinon, c’est tout le projet européen qui va se crasher.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK