Matin Première

La photographie virtuelle, nouvelle forme d’art ?

Oui les jeux vidéo inspirent d’autres disciplines artistiques. Ça fait déjà pas mal d’années que des films basés sur des jeux comme Tomb Raider sortent au cinéma (Street Fighter, Resident Evil, Mario Bros).

Aujourd’hui, une autre forme d’art utilise l’univers du jeu vidéo : c’est la photographie.

Des photographes se spécialisent dans les clichés pris à l’intérieur des jeux vidéos. C’est ce qu’on appelle la in-game photography, en français on appelle ça la photographie virtuelle.

Comment fait-on pour prendre des photos à l’intérieur d’un jeu vidéo ?

Depuis quelques années, la plupart des jeux vidéos à gros budget intègrent un mode photo. Beaucoup de jeux aujourd’hui sont des mondes ouverts, ce sont des univers absolument immenses, superbes.

Il y a de tout : ça peut être un monde inspiré du western comme dans Red Dead Redemption, un monde envahi par les zombies (Resident Evil) ou une ville futuriste comme dans Cyberpunk.

Si vous passez en mode photo, vous pouvez figer une scène qui vous plaît et ensuite naviguer dans cette scène, zoomer, trouver le meilleur angle pour prendre la plus belle photo.

Ces artistes qui font ces photos, ce sont plutôt des joueurs de jeux vidéos, ou plutôt des photographes ?

C’est un peu les deux.

" C’est ce que m’a expliqué Megan Reims. Megan, c’est une jeune artiste belge, fan de jeux vidéos. Fin 2018, elle était aux Beaux-Arts à Namur, elle faisait du dessin et elle avait un peu le syndrome de la page blanche. Et c’est à ce moment-là qu’elle a découvert la photographie virtuelle, en appuyant par hasard sur un bouton dans le jeu Assassin’s Creed. Elle a tout de suite accroché. " 

Ca lui permet de combiner sa passion du jeu vidéo avec sa fibre artistique.


Quelques exemples


 

Pour Megan Reims, pour l’instant c’est un hobby. Mais elle aimerait que ça prenne plus de place dans sa vie, et pourquoi pas en faire un métier.

C’est encore une activité de niche, clairement. Mais la communauté des photographes virtuels a fortement grandi au cours de l’année qui vient de s’écouler.

Les déplacements ont été fortement restreints et, donc, certains photographes, qui avaient prévu des reportages à l’étranger, se sont rabattus sur des voyages virtuels, dans les jeux vidéos.

Quelques photographes virtuels ont émergé sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram. Certains se sont fait repérer et embaucher par des studios de jeux vidéos, donc on peut dire qu’ils en vivent, mais c’est encore rare.

Il reste un gros problème à régler, c’est celui des droits. Pour l’instant, la propriété intellectuelle des images appartient aux studios, les photographes ne peuvent donc pas vendre leurs photos.

Est-ce vraiment de la photographie ? Est-ce de l’art ?

Certains considèrent que ce n’est rien d’autre que des captures d’écran, qu’il n’y a pas vraiment de travail de photographe derrière tout ça. Alors c’est vrai qu’il ne faut pas d’appareil photo. C’est d’ailleurs un des atouts de la discipline : c’est très accessible, pas besoin d’acheter du matériel.

Mais il faut quand même avoir le regard du photographe, trouver les bons angles de vue, et bien paramétrer le mode photo. Parce qu’il y a de plus en plus d’options, comme sur un appareil photo classique : vitesse d’ouverture, zoom, dans certains jeux on peut ajouter des filtres, de l’éclairage. Megan Reims m’a expliqué qu’elle passait environ une heure sur chaque prise de vue.

Et ensuite, elle a encore beaucoup de travail d’édition pour arriver au résultat qu’on voit ici dans le studio.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK