Matin Première

Notre santé nous rattrape toujours, qui que l'on soit

La bulle de Josef Schovanec : la santé nous rattrape toujours, qui que l'on soit
La bulle de Josef Schovanec : la santé nous rattrape toujours, qui que l'on soit - © Tous droits réservés

En temps normal, on n’aurait parlé que de cela : la présidentielle américaine. Les deux protagonistes sont bien connus et, sauf couac imprévisible, déjà en position de combat en vue du vote à l’automne : Trump et Biden. Bien entendu, tout le monde est centré sur Trump, pour savoir s’il restera en poste ou sera éliminé.

Pourtant, à mon avis, la campagne électorale américaine a quelque chose d’autre, de bien plus profond et intéressant : l’âge et l’état de santé de Biden.

La santé de Biden

Soyons francs : Biden a des soucis de santé. Je ne suis pas médecin, ni n’ai rencontré Biden en vrai, je ne donnerai donc pas de caractérisation médicale ; toutefois, quand, par instants du moins, on ne sait pas comment on s’appelle, quand on confond les membres de sa famille proche, quand on oublie à quoi on est candidat et que l’on peine à faire des phrases cohérentes, il est certain que l’on a des problématiques de santé, qu’elles soient liées à l’âge ou aux opérations du cerveau multiples, comme Biden.

Nier et minimiser

L’attitude des responsables politiques américains est claire : nier et minimiser. Bien sûr chez les démocrates, mais aussi, plus surprenant, chez la plupart des républicains, qui pourtant pourraient attaquer Biden sur sa sénilité supposée. En somme, la vie politique a par rapport à l’âge la réaction qu’elle a toujours eue : écarter, rendre invisible et nier. Les hommes politiques essaient de nier et dissimuler leur âge de mille et une façons, entre chirurgie esthétique et portraits grossièrement retouchés dans les pays dictatoriaux, où on a l’impression que le président-dictateur est de plus en plus jeune, à en croire ses portraits. Tout comme dans la société occidentale en général on fait l’impossible pour soustraire à la vue les personnes très âgées et ayant des soucis de santé.

Un tabou de notre société : l'âge et la santé

La campagne présidentielle américaine a donc réussi un miracle, en rendant visible l’un des plus grands tabous de notre temps.

Plus profond encore : quand on parle de Biden sur internet, une terrible angoisse est palpable : comment se passeront ses débats face à Trump, lorsqu’il bafouillera, enchaînera gaffe sur gaffe et ne saura pas faire une phrase simple ? Plusieurs demandent l’interdiction de la candidature Biden pour éviter une atteinte à la dignité des personnes âgées. Cette volonté d’interdire pourrait avoir un autre ressort : la peur non pas d’une débâcle de Biden, mais la pensée terrifiante d’être soi-même un jour dans sa situation.

Un terrible poids de vérité humaine

C’est pour cela que la candidature Biden est extraordinaire : le hasard des choses a fini par mettre sur le devant de la scène le sujet que l’on s’est, avec quel acharnement, efforcé de nier et repousser. Il se pourrait d’ailleurs que Biden broie Trump dans les tant redoutés duels rhétoriques, tout simplement car sa personne, âgée, malade, handicapée, aura un terrible poids de vérité humaine. Et si, et si le salut politique de l’occident, de la Belgique, passait par un premier ministre ployant sous l’âge et la maladie ? Après tout, si les prétendument sains d’esprit avait réussi, cela se saurait.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK