Matin Première

L’Europe est-elle une puissance spatiale ?

L’agence spatiale européenne a publié cette semaine une petite annonce. Elle veut recruter des astronautes qui auront pour objectif, la lune. Au pays de Tintin, premier homme à avoir marché sur la lune, ça fait rêver.

 

L’ESA, l’agence spatiale européenne a ouvert cette semaine une campagne de recrutement. Elle veut former 4 à 6 astronautes. Les places seront chères. Mais leurs projets de mission donnent très envie.

Les futures recrues de l’ESA voleront, dans un premier temps, vers la station spatiale internationale. Ensuite, leur objectif sera la lune. L’Europe va coopérer avec les Etats-Unis pour explorer notre satellite naturel. Si tout va bien, un premier Européen ou une première Européenne pourrait fouler le sol lunaire autour de 2030.

 

Pourquoi retourner sur la lune ?

Pour mieux la connaître, comprendre sa géologie, ses origines. Mais il y a aussi l’ambition de faire de la lune une sorte de marche pied pour des voyages spatiaux plus long, cap cette fois vers Mars. Comme les Etats-Unis, la Chine et d’autres, l’Europe veut aussi participer à l’exploration de Mars.

Les intérêts scientifiques sont évidents. Mais au-delà ça, ces missions vers la lune et vers Mars, avec à l’avenir, des voyages habités, sont d’incroyables vitrines médiatiques pour les Etats. Elles sont la preuve de leur savoir-faire technologique, le symbole de leur puissance politique. L’Europe ne peut pas rester à la traîne.

 

L’Europe est-elle une puissance spatiale ?

L’Europe est un grand acteur dans l’espace. Elle a une industrie qui produit des équipements performants. Par exemple, le futur véhicule américain Orion qui enverra des astronautes vers la lune sera propulsé par un système européen. Quant à la future station orbitale lunaire de la Nasa, la moitié des modules qui la composeront viendront d’Europe également.

Les Européens sont aussi à la pointe dans des programmes à usage civil. Comme Galileo, le GPS européen, ou Copernicus qui observe l’évolution de la terre. Donc oui, l’Europe est un acteur majeur dans l’espace.

Il n’y a pas une, mais des Europe de l’espace

Mais c’est difficile de dire que l’Europe est une puissance spatiale. Les Etats-Unis en sont une. Parce que c’est un état, parce que c’est une puissance politique et militaire. Tout ce que l’Union européenne n’est pas.

En réalité, il n’y a pas une mais des Europe de l’espace. Regardez. Copernicus et Galileo sont des projets de l’Union européenne. Mais l’agence spatiale européenne, elle, n’est pas une agence de l’Union. C’est un projet qui réunit des pays de l’Union, mais pas que. Voilà pourquoi on y retrouve la Suisse par exemple. Enfin, certains pays européens comme la France ont leur propre programme spatial.

 

L’Europe de l’espace, c’est une image, la réalité est plus complexe

Mais ça n’empêche pas de vrais succès et le développement de nouveaux projets. Ainsi, la Commission européenne veut créer rapidement une nouvelle constellation, composée de plusieurs centaines de satellites, pour accéder à internet. L’avantage serait double : assurer un accès au web dans des régions isolées mais aussi, et c’est important, fournir aux institutions européennes et aux gouvernements des 27 un moyen de communication sécurisée… Sans dépendre de personne, en toute autonomie. Et ça, le fait de lancer un projet spatial à caractère sécuritaire, c’est nouveau pour l’Union européenne, c’est une véritable aventure.

Même si ce n’est pas aussi spectaculaire et exaltant qu’un pas sur la lune. Et si la lune vous fait rêver, pourquoi ne pas tenter votre chance. L’ESA ouvrira les inscriptions pour recruter ses futurs astronautes fin mars.

 

Réécouter l’œil de Sandro Calderon

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK