Matin Première

Kim Jong Un a-t-il clairement interdit à tous les habitants de Corée du Nord de porter une coupe mulet et d’enfiler un jean skinny ?

C’est une information qui a fait le tour de la toile, le leader Nord-Coréen Kim Jong Un aurait décidé d’interdire les jeans skinny et la coupe mulet.

Kim Jong Un a-t-il clairement interdit à tous les habitants de Corée du Nord de porter une coupe mulet et d’enfiler un jean skinny ?

Probablement pas directement, vu la morphologie du grand leader, on ne l’imagine pas porter un jean taille très serré. Mais quand on se plonge dans ce qui sort des organes de propagandes nord-coréens, il n’est jamais fait référence explicitement à ces exemples.
Pour la coupe mulet, ce n’est pas la première fois qu’une rumeur capillaire fait la une des médias. Une autre fausse nouvelle avait aussi affirmé que seules quatorze coupes officielles de cheveux étaient autorisées. Ce qui n’a jamais été démontré. Et surtout la pression sociale très forte a empêché par exemple l’apparition de personnes aux cheveux teints. Donc, pas besoin de donner des interdictions aussi claires et d’interdire spécifiquement des coupes de cheveux.
 

Comment une telle information a-t-elle pu être développée ?

Tout simplement parce que très peu d’informations sortent d’un des pays les plus étanches du monde.

Du coup, nous avons tous envie de savoir ce qui s’y passe. Dès qu’une information semble en sortir, elle devient percutante et fait le tour du monde.


Exemple en 2014, une fausse rumeur avait raconté que l’oncle de Kim Jong-un avait été arrêté et tué. Alors ça s’était vrai, mais la suite de l’histoire était un peu plus romancée : il avait été donné à manger à des chiens ce qui était faux. On part d’une information réelle pour en faire un récit incroyable choquant, extraordinaire. Montrer à quel point le régime de Pyongyang peut prendre des mesures ridicules, mais aussi horrible et sans pitié.
 

Ce qui est sûr, c’est la volonté nord-coréenne de contrer toute influence occidentale

Ces attaques ne datent pas d’aujourd’hui. Nos confrères de la BBC ont pu récolter des témoignages de Nord-coréens qui ont fui vers le sud, Yoon Mi-So explique qu’elle avait 11 ans lorsqu’elle a vu pour la première fois un homme exécuté pour la détention de film étranger.

Mais aujourd’hui, Kim Jong-Un va plus loin, il fait vraiment la guerre à tout ce qui vient de l’étranger comme les films. Selon la BBC, toute personne prise avec de grandes quantités de médias de Corée du Sud, des États-Unis ou du Japon encourt désormais la peine de mort. Toujours selon nos confrères, ceux qui sont surpris en train de regarder un média étranger font face à une peine de 15 ans de camp de prisonniers.
 

Pourquoi un tel raidissement du pouvoir nord-coréen ?

Le leader tenterait d’empêcher les informations extérieures d’atteindre le peuple nord-coréen alors que la vie dans le pays devient de plus en plus difficile.


Imaginez-vous être dans un endroit complètement verrouillé médiatiquement, sans internet, sans réseaux sociaux, avec quelques chaînes de télévision contrôlées par l’État conçues pour vous dire ce que les dirigeants du pays veulent que vous entendiez.
En raison de la crise covid, Le pays a plus que jamais été coupé du monde extérieur. Les approvisionnements vitaux et le commerce en provenance de la Chine voisine se sont presque arrêtés. Les importations sont encore limitées. On pense que des millions de personnes souffrent de la faim. Kim Jong un a lui-même admis que son peuple était confronté à la pire situation qu’il ait à surmonter. Quand votre ventre est vide et que vous regardez un film sud-coréen, les gens peuvent être mécontents.

Sans rien à manger, le pouvoir Nord-Coréen veut s’assurer que son peuple au moins est toujours alimenté par la propagande soigneusement conçue par l’État, plutôt que d’avoir un aperçu de la vie fastueuse de l’occident et notamment via les sériées sud coréennes qui montrent Séoul, l’une des villes les plus riches d’Asie.

Mais cela peut-il marcher ?

La répression est dure, si un ouvrier est pris, le chef d’usine peut être puni, et si un enfant est problématique, les parents peuvent également être punis. Le système de surveillance mutuelle doit "briser" tous les rêves ou la fascination que la jeune génération pourrait avoir pour le Sud. Mais les précédentes répressions ont seulement montré à quel point les gens peuvent faire preuve d’ingéniosité pour faire circuler et regarder des films étrangers. Depuis plusieurs années, des séries TV circulent sur des clés USB qui sont faciles à dissimuler et elles sont également cryptées par mot de passe. Si vous saisissez le mauvais mot de passe trois fois de suite, la clé USB supprime son contenu.

Et dans une société cadenassée, difficile d’empêcher la curiosité, impossible aux êtres humains de les empêcher 100% de savoir ce qui se passe réellement à l’extérieur.

 

Réécouter l'oeil de Mehdi Khelfat dans Matin Première !

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK