Matin Première

Jean-Claude Dujardin : "Les changements climatiques peuvent propager de nouvelles maladies"

Jean-Claude Dujardin :  "Les changements climatiques peuvent propager de nouvelles maladies"
2 images
Jean-Claude Dujardin : "Les changements climatiques peuvent propager de nouvelles maladies" - © Tous droits réservés

Quelle est le lien entre épidémies et climat ? Le réchauffement climatique va-t-il faire apparaître de nouvelles maladies ? Questions fondamentales, à la croisée de deux enjeux cruciaux pour notre futur. Pour mieux comprendre la mécanique qui relie changement climatique et maladies, nous partons à la rencontre d’un biologiste, dans cet épisode de Futur Simple. Jean-Claude Dujardin dirige l’Unité de Parasitologie Moléculaire de l’Institut de Médecine tropicale d’Anvers. Depuis 30 ans, il étudie un parasite : la leishmanie. Un petit unicellulaire dont l’histoire en dit long sur le lien entre maladie et réchauffement climatique.

Qu’est-ce que c’est, exactement, un parasite ?

Un parasite, c’est un organisme qui vit aux dépens d’un autre. Le cas classique du parasite, c’est le parasite style alien, qui vous dévore de l’intérieur et qui tue. Mais souvent, le parasitisme est une relation tolérée, où tout le monde y trouve son compte.

Et qu’avez-vous découvert, en 30 ans d’études sur la leishmanie ? 

Nous avons étudié la généalogie des espèces de leishmanie qui circulent au Pérou. Dans ce pays, c’est surtout en forêt amazonienne qu’on retrouve le parasite. En étudiant le génome de plusieurs dizaines de souches de parasites, qui venaient de forêt amazonienne et également des Andes, nous avons pu retracer la généalogie du parasite de manière très fine. Ça nous a permis de voir qu'il y a quelques dizaines de milliers d’années, quand les conditions climatiques étaient chaudes, favorables à la dispersion de toutes les espèces vivantes, une espèce de leishmanie s’est dispersée, et a pu passer la barrière des Andes. Une période de glaciation a suivi. Or, qui dit glaciation dit confinement des espèces vivantes dans un endroit où elles peuvent survivre. Et ça, ce sont des conditions rêvées pour ce que l’on appelle la spéciation, donc l’apparition de nouvelles espèces. Et une nouvelle espèce de parasite est apparue. Ce que nous raconte cette étude, c’est à quel point la dispersion de certains pathogène et l’apparition de nouveaux pathogènes est liée à l’environnement et aux changements climatiques. Ce que je vous ai expliqué avec les périodes chaudes et la glaciation, c’est un bel exemple de l’influence du climat sur la distribution des espèces.

Ce que nous raconte cette étude, c’est à quel point la dispersion de certains pathogène et l’apparition de nouveaux pathogènes est liée à l’environnement et aux changements climatiques.

Mais par quel mécanisme, précisément, se fait cette dispersion et cette apparition de nouveaux pathogènes ?

Pour comprendre ça, il faut s’arrêter brièvement sur le cycle du parasite. La leishmanie peut vivre chez n’importe quel mammifère, mais elle est transmise d’un mammifère à un autre, ou d’un mammifère à l’homme, ou de l’homme à l’homme par la piqûre de ce que l’on appelle un vecteur. Et le vecteur, c’est un insecte d’un espèce bien précise qui est capable de prélever le parasite chez un être vivant qui est infecté, qui va le modifier dans son tube digestif et le rendre infectieux pour le transmettre à quelqu’un d'autre. Donc, le vecteur ici, est un insecte. Et l’insecte est vraiment la clé de voûte de l’épidémiologie de cette maladie.  Dès qu’il y a un changement climatique ou un changement dans l’environnement, par exemple la déforestation, on crée des nouveaux biotopes qui vont permettre à une espèce existante d’insecte ou à une nouvelle espèce d’insecte de s’adapter et de transmettre l’infection.

Est-ce que les changements climatiques que nous vivons à l’échelle de notre siècle peuvent-ils avoir un impact sur la leishmanie ?

Théoriquement oui. L’Italie est le meilleur cas de figure. Auparavant, la leishmaniose était une maladie du sud de l’Italie. Elle se retrouve maintenant jusque dans le Val d’Aoste. Avec nos conditions climatiques, un hiver froid, etc… ça doit permettre de freiner ou de bloquer la migration vers le nord. Mais le réchauffement climatique peut avoir cet effet. Et c’est le cas pour toutes les maladies transmises par vecteur : le paludisme, la maladie de Chagas, la leishmaniose,... Ce sont des maladies qui peuvent se propager à cause du réchauffement climatique.

Mais par quel mécanisme, précisément, se fait cette dispersion et cette apparition de nouveaux pathogènes ?

Pour comprendre ça, il faut s’arrêter brièvement sur le cycle du parasite. La leishmanie peut vivre chez n’importe quel mammifère, mais elle est transmise d’un mammifère à un autre, ou d’un mammifère à l’homme, ou de l’homme à l’homme par la piqûre de ce que l’on appelle un vecteur. Et le vecteur, c’est un insecte d’un espèce bien précise qui est capable de prélever le parasite chez un être vivant qui est infecté, qui va le modifier dans son tube digestif et le rendre infectieux pour le transmettre à quelqu’un d'autre. Donc, le vecteur ici, est un insecte. Et l’insecte est vraiment la clé de voûte de l’épidémiologie de cette maladie.  Dès qu’il y a un changement climatique ou un changement dans l’environnement, par exemple la déforestation, on crée des nouveaux biotopes qui vont permettre à une espèce existante d’insecte ou à une nouvelle espèce d’insecte de s’adapter et de transmettre l’infection.

Est-ce que les changements climatiques que nous vivons à l’échelle de notre siècle peuvent-ils avoir un impact sur la leishmanie ?

Théoriquement oui. L’Italie est le meilleur cas de figure. Auparavant, la leishmaniose était une maladie du sud de l’Italie. Elle se retrouve maintenant jusque dans le Val d’Aoste. Avec nos conditions climatiques, un hiver froid, etc… ça doit permettre de freiner ou de bloquer la migration vers le nord. Mais le réchauffement climatique peut avoir cet effet. Et c’est le cas pour toutes les maladies transmises par vecteur : le paludisme, la maladie de Chagas, la leishmaniose,... Ce sont des maladies qui peuvent se propager à cause du réchauffement climatique.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK