Matin Première

Fabriquer une arme en plastique en mode "Do It Yourself", c'est désormais possible avec l'impression en 3D

Construire une arme en mode "Do It Your Self", aussi improbable que cela puisse paraître, c'est désormais possible. On peut aujourd'hui monter soi-même une arme à feu en plastique, indétectable, en dehors de tout contrôle, grâce à la technologie de l’impression 3D. Une nouvelle option pour les criminels, et à la portée de tout le monde. Questions-réponses sur cette technologie terrifiante avec Gilles Quoistiaux dans Matin Première.

 

Est-ce que c’est autorisé de fabriquer des armes en plastique avec une imprimante 3D ?

Non, ce n’est pas autorisé. La détention d’armes, c’est réglementé. Mais sur Internet, on retrouve des groupuscules adeptes de l’auto-défense, qui partagent des informations sur la confection de ces armes artisanales. Le site Internet Vice a réussi à contacter deux membres de Deterrence Dispensed, un groupe international qui se présente comme libertaire et qui défend le droit des individus à détenir des armes à feu. Leur interview est assez hallucinante. Voilà ce qu’il explique :

Mon but est de m’assurer que tous les individus qui disposent d’une connexion Internet puissent fabriquer des armes à feu et des munitions pour se défendre, armer leurs compatriotes et se donner les moyens d’organiser des milices pour combattre les criminels et les tyrans, quels qu’ils soient. 

c’est JStark1809 qui parle, c’est un pseudo évidemment.

Ce groupuscule a-t-il beaucoup d’adeptes ?

C’est difficile à dire. Jusqu’en 2019, ils bénéficiaient d’une certaine impunité sur les réseaux sociaux. L’année dernière, Twitter, YouTube et Reddit ont fermé les comptes de IvanTheTroll, qui est une des deux personnes interrogées par Vice. Sur Internet, quand on ferme un compte, d’autres apparaissent immédiatement, mais voilà ils sont plus discrets, ils ont moins de visibilité. Par contre, on peut retrouver assez facilement les schémas de fabrication de ces fameuses armes construites en 3D.

Et c’est à la portée de tout le monde de fabriquer ces armes en plastique ?

Les schémas sont vraiment très précis. C’est ce qu’on appelle du "DIY, du Do It Yourself, Fabrique le toi même". Donc si on a le bon matériel et qu’on suit les instructions, on peut y arriver. Mais il faut quand même être un bon bricoleur. Parce qu’on n’imprime pas une arme d’un seul coup, il faut imprimer chaque composant indépendamment, les assembler, créer des munitions, etc.

Mais on peut trouver sur Internet de véritables tutoriels, des tutos pour créer par exemple un AKM, qui est une variante du AK-47, la kalachnikov. Ou un FGC-9, un pistolet 9mm. FGC ce sont les initiales pour "Fuck Gun Control, j’emmerde le contrôle des armes."

Voilà, vous aurez compris que ces groupes qui créent ces schémas, ce sont des sortes de milices privées plutôt anti-système.

Est-ce que ces armes imprimées en 3D ont déjà fait des dégâts ?

Ce n’est pas encore un raz-de-marée. Il y a plein d’autres moyens pour se procurer des armes classiques, légalement ou illégalement. Mais il y a un cas récent qui interpelle. Par exemple lors de l’attaque d’une synagogue à Halle, en Allemagne, l’année dernière, qui a fait deux morts, le terroriste qui a été interpellé possédait plusieurs armes imprimées en 3D. L’une d’entre elles n’a d’ailleurs pas bien fonctionné. Mais on voit que c’est une nouvelle option pour les criminels. D’ailleurs, aux Etats-Unis, une proposition de loi a été déposée par une série de députés démocrates, notamment la peut-être future vice-présidente Kamala Harris. Cette proposition a pour but d’interdire la diffusion sur Internet de ces tutoriels qui expliquent comment fabriquer une arme avec une imprimante 3D.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK