Matin Première

D'où vient l'idée que le vaccin est un poison ?

D’après les opposants aux vaccins, ce procédé empoisonnerait notre organisme. Cet argument est présent depuis presque 3 siècles. Mais ce supposé poison, est-il le même en fonction des époques et des pays ?  Cécile Poss nous propose la série " Vaccins " dans la séquence "Eurêka c’est l’été".

 

D'où vient l'idée que le vaccin est un poison ?

Les opposants aux vaccins ont de tout temps brandi l’argument de l’artifice. Alors que la maladie est naturelle, le vaccin lui est non seulement intrusif mais en plus artificiel. Et comme il est artificiel, il empoisonne notre organisme.

Cette idée trouve aussi son origine au 18e siècle. Le procédé ayant évolué, le poison s’est lui aussi tout naturellement s’est déplacé à travers les âges.

Au départ, comme la vaccination provenait de la variole bovine, on disait que l’empoisonnement provenait des liquides animaux. Ensuite, le poison va se déplacer sur des composants du vaccin. C’est parfois tout simplement dû à une méprise.

L'histoire d'un amalgame

C’est le cas en 1994 lorsque qu’une équipe de recherche indienne essaie de mettre au point un vaccin contraceptif féminin. Afin d’en augmenter l’efficacité, en plus des anticorps face à l’hormone de grossesse ils décident d’introduire dans le vaccin, l’anatoxine tétanique.

C’est la base du vaccin contre le tétanos depuis presque 100 ans. Il n’en faut pas plus pour qu’un amalgame ait lieu.

La ligue Pro life clame haut et fort que le vaccin antitétanique rend stérile. Plus récemment, ce sont les fameux adjuvants qui sont dans le box des accusés. Ils seraient, d’après certaines personnes, responsables de nombreux maux post vaccination. 

Les raisons varient selon les pays 

On pourrait alors s’attendre à ce que l’adjuvant coupable des maux, soit le même partout dans le monde. Or il est intéressant de constater que l’adjuvant mis en cause diffère selon les pays.

C’est le mercure pour les Américains et les sels d’aluminium pour la France et la Belgique.

Or 13 études ont démontré que les adjuvants, composants essentiels des vaccins, n’avaient pas de conséquences sur la santé. De plus, comme le souligne le pédiatre David Tuerlinckx, "les quantités d’aluminium présents dans les vaccins sont inférieurs aux quantités d’aluminium qu’on ingère dans notre vie quotidienne. "

 

 


Les vaccins épisode 1 – Le complot

Les vaccins épisode 2 - La maladie 

Les vaccins épisode 3 - Le poison 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK