Matin Première

Confinement - Comment gérer la détresse psychologique des télétravailleurs ?

La détresse psychologique des télétravailleurs
La détresse psychologique des télétravailleurs - © Unsplash

Confinement oblige, près de deux millions de Belges travaillent à domicile actuellement et cela ne se déroule pas toujours sans difficulté. Une étude réalisée auprès de salariés français a révélé que 44% des télétravailleurs se trouvaient dans une situation de détresse psychologique. Un quart d’entre eux risquerait même la dépression à cause de cela. En Belgique, les réalités sont à peu près similaires et beaucoup se demandent comment allier bien-être et télétravail. Pour répondre à cette question, le 6-9 Ensemble a reçu Christophe Nguyen, psychologue et président d’Empreinte Humaine, cabinet de conseil en qualité de vie au travail responsable de l’enquête précitée.

Une crise sanitaire et psychologique

D’après les résultats interpellants de l’enquête réalisée par Empreinte Humaine, la détresse psychologique ressentie par presque la moitié des télétravailleurs français regroupe des symptômes de dépression, d’épuisement ou de stress chronique. S’ils ne sont pas traités, ces signaux risquent d’engendrer par la suite des troubles mentaux plus ou moins sévères comme des phobies, une anxiété généralisée, voire le syndrome de stress post-traumatique. Voilà pourquoi il est important d’alerter les pouvoirs publics et les entreprises de sorte qu’au moment d’amorcer les premières étapes du déconfinement effectif, l’état psychologique des salariés ne soit pas négligé.

Un environnement compliqué

L’étude de Christophe Nguyen démontre que le télétravail ne représente pas un facteur de risque en soi, mais les conditions dans lesquelles il s’exerce sont à questionner. Les personnes confinées en famille avec enfants expriment la détresse psychologique la plus sévère, tout comme celles qui vivent dans un environnement exigu, notamment des superficies de moins de 40m². Prôné à l'origine comme un moyen miraculeux d’allier vie de famille et vie professionnelle, le télétravail est en fait loin d’être la panacée souvent décrite. Les femmes sont particulièrement exposées à la surcharge, 22% d’entre elles tirent la sonnette d’alarme, contre 14% pour les hommes. Elles doivent en effet gérer les enfants, les tâches ménagères, la charge mentale et leur activité professionnelle en parallèle au quotidien.

Comment remédier à cela ?

Via leurs lignes d’écoute, le cabinet Empreinte Humaine a entendu la détresse des salariés qui augmente à mesure que le confinement se prolonge. En matière de télétravail, c’est un discours souvent culpabilisant qui est relayé : prenez des douches, habillez-vous, organisez-vous, compartimentez votre vie… Pourtant, pragmatiquement parlant, la situation est inhabituelle et il n’est pas toujours facile de conserver une routine parfaitement équilibrée. La question des actions de prévention à mener doit ainsi s’ouvrir à tous les acteurs en jeu : autorités, directions d’entreprises, managers et collègues. Il ne suffit pas de recommander aux télétravailleurs de prendre soin d’eux, de s’organiser, de prioriser, parce qu’ils n’y arriveront pas seuls. Les managers, en première ligne pour aider leurs collaborateurs, connaissent également des difficultés importantes. 20% d’entre eux ont affirmé se trouver dans une situation de détresse psychologique élevée. En effet, ils doivent à la fois appliquer les plans de continuité de l’activité, réfléchir à la reprise et prendre soin de leurs associés. Leur santé mentale est donc primordiale et les sociétés ont un rôle déterminant à jouer au niveau des risques psychosociaux.

(Ré)écoutez la séquence "Et vous dans tout ça ?" d'Hélène Maquet