Matin Première

Comment se protéger des enceintes connectées ?

Ce n’est aujourd’hui plus une surprise pour personne, nous sommes surveillés un peu partout : caméras dans les lieux publics, applications pour smartphones intrusives et autres enceintes connectées présentes dans toujours plus de salons… La traditionnelle notion de vie privée est sérieusement mise à mal et cela peut exacerber nos penchants paranoïaques. Heureusement, un bracelet d’un genre nouveau a été développé pour contrer cette omniprésente surveillance.

Le brouilleur de conversations

Ce bracelet brouilleur de sons a été créé par des chercheurs de l’Université de Chicago et mis en lumière par le New York Times. Équipé de 24 haut-parleurs qui lui permettent de détecter les micros, ce bracelet émet des ultrasons qui masquent les conversations dans la pièce. L’équipe de recherche a diffusé une vidéo de démonstration et le dispositif semble fonctionner, même si son design particulier et très massif remet en cause l’utilisation quotidienne d’un tel accessoire.

De quoi faut-il avoir peur ?

Ces chercheurs craignent en effet nos appareils connectés. De nombreux outils sont équipés de micros : smartphones évidemment, mais aussi ordinateurs, tablettes et enceintes connectées telles que Google Home ou Amazon Echo qui réagissent aux sons des voix grâce aux assistants vocaux. A priori, ces assistants ne nous espionnent pas étant donné qu’il faut activer l’écoute en prononçant leur nom. Néanmoins, ils ne sont pas totalement fiables et peuvent se déclencher avec un mot ou une phrase dont l’intonation est proche du code demandé. Après avoir placé une enceinte connectée à côté d’une télévision pendant 120 heures, des chercheurs ont constaté qu'elle s’était activée une douzaine de fois. L’année dernière, Apple et Amazon ont admis que certains de leurs employés étaient chargés d’écouter ces conversations enregistrées, apparemment dans l’idée d’améliorer l’efficacité des assistants vocaux. Depuis, toutes les sociétés ont arrêté ces programmes d’écoute qui ne plaisaient pas du tout aux utilisateurs.

Un autre risque majeur

Le risque principal de ces enceintes reste malgré tout le piratage. N’importe quel appareil connecté peut être facilement hacké. Récemment, une caméra Ring (filiale d’Amazon) placée dans une chambre d’enfant a été piratée par une personne qui s’est fait passer pour le Père Noël. Voilà pourquoi certains chercheurs s’inquiètent et se mettent à développer toutes sortes de dispositifs : à côté de ce prototype de bracelet brouilleur de sons, il existe également du maquillage pour berner les logiciels de reconnaissance faciale, des sweats à capuche fabriqués dans une matière qui permet de ne pas se faire repérer par des drones de surveillance ou encore, avec l’apparition récente du paiement sans contact, des pochettes dans lesquelles glisser sa carte bancaire pour éviter tout piratage.

(Ré)écoutez la chronique de Gilles Quoistiaux dans Matin Première !

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK