Matin Première

"Close to me" de The Cure, sur un air pop, des paroles très sombres

En 1985, The Cure sort Head on the door. L’univers habituellement sombre des Cure semble s’alléger, du moins musicalement. Nous revenons ce matin sur l’un des titres phares de l’album, Close to me.


The Cure se forment à Crowley en 1978 dans une Angleterre ravagée par les grèves successives, le chômage élevé et un paysage, gris, morne où rien ne semble possible. Cette atmosphère noire et froide se ressent dans la musique des The Cure qui appartiennent à cette vague cold wave.

En 1985, avec l’album Head on the door, The Cure semblent se démarquer de ce mouvement. La musique est plus légère, plus rythmée, plus pop  comme en témoigne notamment l’un des titres phares Close to me. Pourtant, les paroles, elles, restent sombres. Close to me évoque les cauchemars du chanteur Robert Smith qui confie : " La chanson parle de ce sentiment de malheur imminent que j'avais l'habitude de ressentir. J'ai eu la varicelle quand j'étais très jeune et ça a commencé à ce moment-là. J'avais l'habitude d'avoir ces visions horribles et cauchemardesques de cette tête qui planait dans le faisceau de lumière et qui apparaissait lorsque les lumières de la chambre étaient éteintes et que la porte était juste entrouverte. Le faisceau de lumière qui venait du couloir illuminait ce morceau de papier peint qui prenait alors vie et me prophétisait la mort toute la nuit, chaque fois que je le regardais. Et ça m'est revenu quand j'écrivais l'album The Head On the Door. J’ai commencé à souffrir et j'ai aussi soudainement commencé à avoir les mêmes hallucinations. C’était très étrange. "

auvio

 

 

Réécouter cet épisode du podcast "Les temps chantent"

Les temps chantent nous plongent en musique dans une époque qui fait encore écho aujourd’hui. Cécile Poss se penche sur le contexte de création d’une chanson, les paroles d’un titre qui collent encore aujourd’hui à l’actualité ou une période de l’histoire illustrée par les musiques composées à ce moment-là.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK