Matin Première

Célia Sapart : "Les technologies pour recycler le CO2 sont prêtes"

FUTUR SIMPLE. Comment enrayer le réchauffement climatique ? Il n’y a qu’une seule option avancée par le monde scientifique : diminuer la présence de gazs à effet de serre dans l’atmosphère. Oui, mais comment ? La technologie peut-elle nous sauver du réchauffement climatique ? Pour déblayer la question, Futur Simple a invité Célia Sapart, glaciologue, climatologue, elle milite pour le recyclage du CO2, le dioxyde de carbone, au sein de CO2 Value, un think tank européen.

Pourquoi, alors que vous êtes une scientifique, avez vous décidé de prendre ce virage vers un métier qui se rapproche plus du lobbying ?

Lors de ma dernière expédition (ndlr. au Pôle Sud), j’ai eu une sorte de déclic. Quand on voit ce qu’il se passe sur le terrain, surtout dans les régions polaires, c’est affligeant. On se dit à chaque fois qu’il faut faire quelque chose. On a l’impression que ça n’avance pas assez vite. Enfin, ce n’est pas qu’une impression, les choses ne vont pas assez vite. J’ai ressenti une telle frustration que je ne parvenais plus à me sentir bien dans mes baskets. Je me suis dit, qu’il fallait que je trouve une solution. Ça m’a pris trois ans pour prendre la décision. Et là je me suis dit que je voulais aller au front de l’action climatique. Et je pense que c’est là que je me trouve aujourd’hui, c’est à dire entre le système académique, le système industriel et le système politique.

Quand on voit ce qu’il se passe sur le terrain, surtout dans les régions polaires, c’est affligeant.

Pourquoi est-ce qu’il faut qu’il faut diminuer la présence de CO2 (dioxyde de carbone) dans l’atmosphère ?

A cause de l’effet de serre. Le soleil qui rayonne sur la Terre. La Terre absorbe cette chaleur et rayonne en retour. Ce rayonnement en retour est pris, absorbé par des gazs à effet de serre, qui sont comme une couverture dans notre atmosphère. Résultat : notre atmosphère se réchauffe. Plus on a de gazs à effet de serre, et plus ils vont absorber de chaleur, plus on va assister à cette augmentation de température qui provoque les changements climatiques. Le CO2, il provient de tous les processus de combustion, donc le fait de brûler des carburants fossiles augmente le CO2 dans l’atmosphère.

On parle souvent des actions individuelles à prendre pour réduire les émissions de dioxyde de carbone. Que peuvent faire les industries ?

Toutes les industries les plus polluantes, par exemple les cimentiers qui représentent 8% des émissions de CO2 au niveau global, ou la métallurgie - sont des industries qui n’ont pas beaucoup d’autres alternatives pour diminuer leurs émissions. Elles peuvent essayer de produire mieux, d’améliorer leurs processus, mais personne ne peut dire qu’on va arrêter de produire du ciment, parce que tous les pays en voie de développement ont besoin de ce ciment. On ne va pas leur dire qu’ils ne peuvent pas développer leurs infrastructures parce qu’on arrête de produire du ciment. Donc les cimenteries vont continuer à émettre. L’idéal, c’est de capter ce CO2 qu’elles émettent et de le réutiliser. On peut par exemple réinjecter directement ce CO2 dans le mélange de ciment. On sait même que ça rend même le béton et le ciment plus solide et plus durable. 

Personne ne peut dire qu’on va arrêter de produire du ciment, parce que tous les pays en voie de développement en ont besoin.

Comment est-ce qu’on fait concrètement, pour recycler du CO2 ?

On a besoin d’hydrogène. Donc on prend de l’eau, et on prend de l’électricité renouvelable, ça va casser la molécule d’eau. On aura l’hydrogène et l’oxygène. On va mélanger l’hydrogène et le CO2 pour faire une réaction chimique pour créer des produits comme des plastiques, des polymères…

Et on peut transformer le CO2 en quoi ?

Presque tous les produits chimiques imaginables : Des médicaments, des produits de maquillage, des matelas, de la vodka, des montres...Mais aussi des matériaux de construction ou du fuel synthétique.

Ça a presque l’air simple comme ça. Pourquoi est-ce qu’il n’y a pas déjà de filière industrielle du recyclage de CO2 ?

Ce dont on a besoin, c’est d’un contexte politique favorable, qui va permettre l’émergence du recyclage de CO2.  (...) Il faut que les entreprises aient des avantages à recycler le CO2. Aujourd’hui, elles ont des quotas d’émissions qu’elles ne peuvent pas dépasser, sinon elles doivent payer des amendes importantes. Il faut qu’on puisse leur dire que si elles recyclent leur CO2, elles vont avoir des avantages. C’est seulement de cette manière-là qu’elles vont pouvoir s’investir au niveau financier. Le recyclage du CO2 a un coût. Il faut que ce coût puisse être remboursé d’une manière ou d’une autre. L’avantage de capter du CO2 et de créer des produits qui ont de valeur, c’est qu’une partie du coût peut être remboursé en vendant ces produits. C’est un système qui est intéressant économiquement. Mais ça demande un changement profond du système politique, du système économique et du système industriel.

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK