Matin Première

Brexit : comment en est-on arrivé là ?

Ce 31 janvier 2020, à minuit, le Royaume-Uni quittera définitivement l’Union européenne. Un moment historique puisque jamais l’Europe n’avait perdu un de ses États membres. Le divorce a été négocié laborieusement ces trois dernières années, provoquant la division des Britanniques. Comment en est-on arrivé là ? Sandro Calderon remonte aux origines du Brexit.

Celui par qui tout a commencé

À l’origine, l’homme qui a proposé aux citoyens de voter pour ou contre la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, c’est l’ex-Premier ministre conservateur David Cameron. Surnommé "Lucky Dave" (Dave le Chanceux), il est le plus jeune Premier ministre de l’histoire britannique et a réussi à moderniser son parti conservateur. Aujourd’hui, pourtant, il est moqué, politiquement enterré, car perçu par beaucoup comme le responsable du chaos politique provoqué par le Brexit. Loin d'être un eurosceptique acharné, il est l'instigateur du référendum du 23 juin 2016. Cette consultation, qui a tout fait basculer, représentait une promesse électorale faite trois ans plutôt.

Pourquoi ce référendum ?

Ce référendum n’était même pas vraiment demandé par les citoyens britanniques, même si leur euroscepticisme est légendaire. Au début des années 2010, il y avait bien eu une pétition pour demander une consultation populaire au sujet de l’Europe, mais le parlement britannique s’y était opposé. Dès lors, la question avait agité le parti conservateur divisé, tiraillé entre son aile pro-européenne et son aile eurosceptique. Pendant ce temps, la formation de l’europhobe Nigel Farage, l’UKIP, montait en puissance. Ainsi, c’est dans le but de ramener le calme au sein de son parti que David Cameron a décidé d’organiser un référendum. En 2015, après une victoire écrasante aux législatives, "Lucky Dave" gagne son pari électoral et est reconduit au poste de Premier ministre. Il tient donc sa promesse. L’annonce est faite officiellement par la reine Elisabeth II lors du discours du Trône et Cameron convoque les électeurs britanniques le 23 juin 2016.

Un résultat (presque) inattendu

Finalement, le Brexit est voté à 51,9% des voix. Une défaite douloureuse pour David Cameron qui avait fait campagne pour le maintien de son pays au sein de l’Union européenne. Il n'a pas senti l'euroscepticisme grandissant parmi les Britanniques. En outre, au sein de son propre parti, certains rebelles ont ouvertement voté pour le Brexit. Notamment un certain Boris Johnson. Déçu, désavoué et trahi par une partie des siens, David Cameron démissionnera de son poste de Premier ministre, laissant à Theresa May la tâche ingrate de négocier un accord de sortie avec les Européens. Theresa May qui, faute de majorité au parlement britannique, sera elle aussi poussée vers la sortie. Quant à David Cameron, en septembre dernier, il a pour la première fois exprimé certains regrets et reconnu sa part de responsabilité dans le chaos politique qui a régné au Royaume-Uni ces 3 dernières années.

(Ré)écoutez l’œil de Sandro Calderon dans Matin Première

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK