Matin Première

A lire : "De la gentillesse et du courage" ou comment transformer les conflits autour de vous en énergie positive

Êtes-vous gentil ? Êtes-vous courageux ? C’est en tout cas la question que vous vous poserez tous et toutes, si par un heureux hasard ce petit bouquin se glisse entre vos mains.

Avant de vous en dire plus il faut savoir que Gianrico Carofiglio, notre auteur italien du jour est un habitué de la méchanceté, puisqu’il a longtemps été magistrat au sein d’enquêtes criminelles, si bien qu’il est devenu auteur de romans noirs, et à force de noirceur, il a décidé de faire un pas de côté avec cet ouvrage pour nous apporter un peu de lumière, ce qui est plutôt courageux finalement.

Tirer de bonnes leçons du passé pour pouvoir survivre en tant qu’individu d’aujourd’hui


Dans cet essai l’auteur revient justement sur tous ces mécanismes de manipulation de masse perpétrés par les grands dictateurs, qui finalement n’ont jamais ni la gentillesse ni le courage d’assumer la responsabilité de leurs actes. Heureusement ce n’est pas le cas de tous les dirigeants qu’on a pu connaître, par exemple le président américain Lincoln adorait cette maxime : " Je n’aime pas cet homme, il faut que j’apprenne à mieux le connaître ". Un moyen de nous amener sur la même voie, et si vous pensez que c’est impossible, vous pourrez découvrir un tas d’anecdotes pour étayer ce propos, notamment cette étonnante amitié entre Daryl Davis, musicien afro-américain et un membre du Ku Klux Klan.

En gros le but ici c’est de tirer de bonnes leçons du passé pour pouvoir survivre en tant qu’individu d’aujourd’hui, par la pensée peut-être mais surtout par l’action en se changeant soi-même avant de vouloir changer la société tout entière, avec ses propres petits moyens.

Un essai sociologique et philosophique

C’est donc un essai sociologique où on retrouve de l’Histoire, c’est la levure dans ce joli gâteau de papier, parce que la philo c’est ce qui vous permet d’imprimer les concepts en vous de manière durable, en associant la réflexion à l’expérience. Ici clairement vous allez vous entraîner à utiliser la gentillesse en tant que technique et transformer les conflits autour de vous en énergie positive. C’est fou c’est dingue mais si vous êtes gentils a priori déjà vous faites baisser de 86% les chances de vous faire casser la gueule.
En somme avec cet essai vous apprendrez qu’en réalité, la gentillesse est une vertu martiale, qu’elle peut être stratégique sans être corrompue ni trahie.

Et le courage dans tout ça ?


Ce qui nous bouffe dans la vie, ce qui nous rend ivre de colère, ce qui nous pousse à engueuler, à sévir, à rager, à manipuler, à diviser, à tuer parfois ; c’est l’ego.

Cet ego que finalement on ne nous apprend pas très bien à gérer, à canaliser ou à guider. Cet ego qui souvent nous empêche de vraiment argumenter ce qu’on raconte, qui laisse entrer la peur dans nos discours, qui nous fait sentir le danger de choses improbables voire inexistantes, qui nous couvre de honte parfois aussi. Bref le courage, le vrai, c’est celui de commencer ce face-à-face avec notre ego. Le courage c’est admettre qu’on a tort très souvent et que ce n’est pas si grave. C’est vrai, quitte à vivre dans une société capitaliste, individualiste, nombriliste, autant aller jusqu’au bout du processus et s’occuper de son ego correctement.
En gros le message du livre c’est de dire, que même si vous n’êtes ni gentil ni courageux, vous pouvez faire le choix de le devenir.
Il vous suffit de réveiller le William Wallace de la démocratie qui est en vous, donnez vie à cette douceur envers l’autre, à cette justice innée en vous, à ce Oui-Oui, à ce Batman, à cette Katniss Everdeen, à cette Amazone qui ne demande qu’à tenir l’arc de votre bravoure.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK