Lettres à Jim Morrison : l'Histoire des Doors

Jim Morrison : Que sont devenus les autres Doors ? (Episode 44)


Cher Jim,

Tu te rappelles ce que j’ai raconté sur les trois autres Doors après la fin du groupe en 1972 ? La création du Butts Band à Londres, la carrière solo de Manzarek puis le nouveau groupe de Manzarek, Nite City, et la carrière de guitariste solo de Robby Krieger ?

Eh bien, ils ont continué à jouer pendant longtemps. Ton guitariste Robby Krieger a sorti 7 albums solo au total. Il a sorti le dernier en 2020, à 74 ans. Un album instrumental évidemment, plutôt jazz et fusion que rock.  Et il joue toujours ce bottleneck que tu aimais tant.

Ton ancien guitariste donne encore des concerts régulièrement aux Etats-Unis. Et il peint des tableaux aussi. Son plus célèbre s’appelle " Light My Fire ", évidemment.

Ton batteur, John Densmore, a tenté une carrière d’acteur, figure-toi. Il est apparu dans des petits rôles à la télé et au cinéma. Et sur scène aussi. Il a publié son autobiographie " Riders on the Storm " en 1990 qu’il a ensuite présentée seul sur scène. Mais il a aussi enregistré quelques disques de musique plutôt exotique. En 2005, il a produit et participé au disque de l’artiste iranien Reza Derakshani. C’est " Ray of the Wine " où il a tenté une fusion entre son amour du jazz et la musique perse de Reza.

L’année suivante, John a également assuré les percussions dans un groupe international de " musique du monde " : Tribaljazz.

Il a 76 ans aujourd’hui, il vient de publier un 3ème livre autobiographique sur les musiciens qui l’ont inspiré et il donne lui aussi des concerts de temps en temps.

Et puis, il y a Ray, bien sûr. Ton claviériste. J’ai une mauvaise nouvelle à t’annoncer. Il est mort d’un cancer en Allemagne en 2013. Il avait 74 ans. Lui aussi il a écrit. Son autobiographie " Light My Fire ". Et deux romans. Le premier " Poet in Exile " est l’histoire d’un claviériste, Roy, qui reçoit des cartes postales de son chanteur, un certain J., pourtant mort et enterré à Paris des années plus tôt. Ça ne te dit rien ? C’est une bonne idée, non ? Et bien sûr, il a continué à jouer de la musique jusqu’au bout. Il jouait notamment du clavier en accompagnant ton ami, le poète Michael McClure. Lui aussi, il est mort d’ailleurs. En 2020, à 87 ans.

Et la musique des Doors, alors ? Elle se vend toujours. Pas une année sans un nouveau " best of " avec une photo de toi jeune, beau et torse nu. Tu détesterais. Et les rééditions. Chaque anniversaire est prétexte à une nouvelle version des mêmes disques. Il y a eu une réédition de vos six albums studios en 1999, une nouvelle version pour les 40 ans du groupe en 2007 et une nouvelle encore pour les 50 ans en 2017. Ça ne s’arrête jamais.

Et je suppose que tu te demandes si les Doors se sont reformés à un moment ou un autre ? Eh bien, tes trois musiciens l’ont fait pour mettre en musique tes poèmes à la fin des années 70 avec " An American Prayer ". Et ils se sont retrouvés aussi pour une émission télé et un album hommage où ils jouaient vos morceaux avec d’autres chanteurs et d’autres musiciens. Tiens-toi bien. Tu sais qui a récité un de tes poèmes sur ce disque " Stoned Immaculate " de l’an 2000 ? William Burroughs lui-même. Le célèbre poète beatnik. L’auteur du roman " Le festin nu ". Si si, c’est vrai. Ecoute-le.

Is Everybody In ?

Et puis, au début du 21ème siècle, les Doors sont repartis en tournée mondiale. Mais ça ne s’est pas vraiment bien passé.

  

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK