Les Podcasts de La Première

[PODCAST] Qui sont les francs-maçons ? Voyages intimes en franc-maçonnerie

La franc-maçonnerie intrigue, et elle alimente aussi encore aujourd’hui bien des fantasmes. Dans notre pays, la franc-maçonnerie compte quelques vingt-six mille membres, si l’on tient compte de toutes les obédiences présentes.

Qui sont ces francs-maçons, ces frères et ces sœurs, comme ils se désignent entre eux ? Qu’est-ce que la franc-maçonnerie représente pour eux ? Qu’est-ce qu’ils y recherchent et qu’est-ce qu’ils en retirent sur le plan personnel ?

Pour le savoir, Marie-Paule Jeunehomme et Christophe Bernard sont partis à la rencontre de quelques-uns d’entre eux.

Mais qu’est-ce qui anime les francs-maçons ?

Les témoignages de Carine, Julien, Valentin, Martine et Viviane Tam, se complètent l’un l’autre. Ils évoquent chacun une expérience intérieure, une expérience personnelle, mais qui se déploie à travers le groupe. 

Avec bien sûr aussi des références communes, et partagées, quand il s’agit d’évoquer la démarche initiatique, les symboles et les rites, ou encore les valeurs de la franc-maçonnerie, comme la fraternité, sur lesquels ils lèvent à leur manière un coin du voile.

Chacun y trouve ce qu’il y veut, rien n’est imposé. Et chacun y apporte une part de soi-même, afin d’oeuvrer aussi au progrès de l’humanité. Avec au bout du chemin, le constat que la franc-maçonnerie les a fait évoluer.

" La franc-maçonnerie est un lieu où il y a plus d’interrogations que de réponses "

Martine y a trouvé " un lieu où il y a plus d’interrogations, plus de questions que de réponses ".  Martine, qui a frappé elle-même " à la porte du Temple ", comme elle le dit.

Une démarche qui reste rare en franc-maçonnerie.  " On travaille sur des symboles, des outils propres à la franc-maçonnerie, chacun est appelé à donner son point de vue, si le vôtre est différent du mien, vous allez l’enrichir et vice versa, et ça dans la vie de tous les jours, ce n’est pas toujours facile à exercer ". Pour elle, il n’y a pas de secret.

Le chemin initiatique est indicible et donc forcément secret ", elle préfère donc parler de discrétion. Pour elle, la découverte de la fraternité a été essentielle.

Au bout de 15 ans, " mon regard sur la société a évolué, mon regard sur les autres aussi. J’ai gagné en tolérance et en ouverture ", dit Martine, " ce n’est déjà pas mal je trouve ".

" La franc-maçonnerie n’est pas un but en soi, c’est un outil "

Julien a été séduit par les aspects symboliques et rituéliques, " même si le rituel peut sembler un peu désuet ", dit-il, " cela permet de frapper l’imagination, et puis cela crée une césure avec le monde profane ".

Pour lui le secret " est un des fondements de la FM, c’est aussi un garant de sa pérennité, c’est cela qui permet la liberté de parole en loge, parce qu’on sait que rien ne sera répété hors du temple ".

Il évoque aussi " une approche de la relation humaine qui est différente que dans le monde profane ".

Et pour Julien, " La franc-maçonnerie ne doit pas être un but en soi, ce n’est pas un aboutissement mais un outil pour permettre de s’améliorer et d’améliorer la société toute entière ". 

" On vérifie que la personne est réellement attachée à la liberté de penser "

" J’avoue être en recherche de sens de vie, et la franc-maçonnerie m’aide énormément à compléter un chemin qui était déjà existant par ailleurs ", explique Carine.

Cela ne se trouve pas dans les livres, cela ne se trouve pas dans l’expérience de la vie, et donc c’est inexplicable, c’est quelque chose qui se vit en fonction de qui on est, donc pour chaque personne cet apport de la FM sera différent ".

Le processus, quand vous entrez en franc-maçonnerie, est long, " on vérifie que vos intentions sont bien là, on veut être sûr que vous ne soyez attaché à aucun dogme, on vérifie que cette personne a un minimum de questionnement intérieur, si elle est réellement ouverte à la liberté de penser ".

" Ce travail nous enrichit, il se poursuit à l’extérieur "

" Mon chemin en franc-maçonnerie a été un grand pas pour moi dans ma vie, dans ma construction d’homme, d’être humain ", affirme Valentin.  

Je suis plus en accord avec moi-même. C’est devenu complémentaire à ma vie, j’ai besoin de me retrouver avec mes frères et mes soeurs, être avec eux, les écouter m’apaise ; Ce travail que l’on fait en loge nous enrichit, et ce travail se poursuit à l’extérieur, en dehors de notre tenue de travail.

C’est cela qui est important, c’est cela aussi qui nous enrichit "

" On travaille à notre pierre pour l’intégrer dans un ensemble harmonieux "

Ce que Viviane Tam aime dans la franc-maçonnerie, " c’est que l’être humain est pris dans son entièreté, et qu’est-ce qu’ont fait de tout cela, de cette pierre, on dit la pierre brute, cela pourrait être une terre aussi que l’on travaille pour l’intégrer dans un ensemble harmonieux ".

La démarche initiatique, pour Viviane Tam, " c’est apprendre, c’est passer d’un état à l’autre, vers un objectif que l’on se donne ensemble.

La franc-maçonnerie m’a permis de garder une harmonie entre le relationnel, le conceptuel, les émotions, ce que je n’arriverais pas à faire toute seule ". 

 

" Voyages intimes en franc-maçonnerie ", est une série de podcasts, réalisée par Marie-Paule Jeunehomme et Christophe Bernard.

043fe8b32a4828f29146bd91f75ffbf 

vivacite_043fe8b32a4828f29146bd91f75ffbf vivacite_1e5364b3ba3307c77b451d0d3acf20c vivacite_5372578a3264a2571d74ac25955cc51

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK