Les Podcasts de La Première

Mulan : l'histoire vraie

Nous vous ferons découvrir ou redécouvrir l’histoire palpitante d’une jeune fille dans la Chine ancienne : Mulan. Un conte peu commun qui s’inspire d’une ballade écrite au IVè siècle, où il est question de jeune fille se déguisant en soldat pour remplacer son père à la guerre, de dragons et d’ancêtres se mêlant de la destinée des hommes, et surtout de courage et d’honneur.

Un conte où ce n’est pas une jeune fille en détresse que vient sauver un prince, mais une femme qui sauve tout un peuple et qui, au fil des siècles, est devenue... une véritable légende chinoise. On ignore si Mulan a vraiment existé mais on admire encore ce qu’elle a accompli, en franchissant toutes les barrières normatives de l’époque.

 

 


L'histoire

Il était une fois… dans la chine ancienne, à l’époque où les dragons existaient encore, une jeune fille qui s’appelait Fa Mulan. Elle vivait heureuse, entourée de ses parents et de sa grand-mère, dans un joli petit village du nord du pays. Mulan avait une personnalité peu conforme à celle qu’on attendait d’une jeune fille en âge de se marier. Elle était intrépide, volubile, désobéissante, et merveilleusement spontanée.

Notre histoire commence le jour où sa mère et sa grand-mère l’emmenèrent voir la marieuse du village afin que celle-ci lui trouve un mari. Un passage obligatoire pour toute jeune fille de bonne famille, mais qui n’allait pas tout à fait se dérouler comme prévu (…)

Quand Mulan arriva chez la dame marieuse, elle était transformée. Elle portait un magnifique Hanfu de soie, la robe traditionnelle chinoise. Son visage ressemblait à celui d’une poupée de porcelaine : son teint, délicatement poudré de blanc, faisait ressortir le rouge vermeil de ses jolies lèvres, ses longs cheveux noirs avaient été remontés en un élégant chignon et un peigne et un collier de jade venaient compléter son élégante tenue (…)

Quelque temps plus tard, l’empereur annonça à son peuple que l’empire entrait en guerre contre les Huns. Il pria chaque famille d’envoyer un homme rejoindre son armée. Discrètement, Mulan observa son vieux père se diriger vers l’armoire qui contenait son armure… boitant et s’appuyant douloureusement sur sa canne.

Elle se rendit au sanctuaire, chercher conseil auprès des esprits de ses ancêtres. C’est à ce moment-là, au milieu des stèles, que Mulan prit sa décision : A la nuit tombée, elle se rendit dans la pièce d’armes de son père et enfila l’armure et le casque. Puis, à l’aide de l’épée, elle coupa ses cheveux, qu’elle attacha en un chignon de guerrier. Elle se rendit ensuite à l’écurie, grimpa sur le dos de Khan, le cheval de son père, et disparut dans la nuit noire pour rejoindre l’armée.

La véritable histoie

Le conte de Mulan dont on connaît la version presque dévoyée par Disney est en fait une courte ballade écrite par un auteur chinois inconnu au IVe siècle. La ballade de Hua Mulan, qui signifie " fleur de magnolia " est restée confidentielle pendant sept siècles avant que deux poètes ne la republient dans divers recueils. Aujourd’hui, c’est devenu un grand classique que les enfants chinois apprennent dès leur plus jeune âge (…).

Il est vrai que l’histoire porte plusieurs messages forts, qui sont chers au peuple de Chine : il y a d’abord, l’amour de la famille et de la patrie. Mulan part en guerre parce qu’elle n’a pas de grand frère pour y aller à la place de leur père. Elle fait ça par devoir vis-à-vis de son pays, mais aussi par amour pour son père.


►►► A lire aussi

Mulan : féminisme et patriarcat

Mulan: un film pour les enfants ?

Pourquoi le public chinois déteste Mulan ?


 

Mais c’est surtout sa bravoure et son humilité qui font de Mulan une héroïne légendaire en Chine, qu’elle soit un homme ou une femme. La question du genre est d’ailleurs abordée de manière très libre. On recrute des hommes ?

Qu’à cela ne tienne, Mulan portera des vêtements d’homme et n’aura pas besoin de fuir en cachette pour rejoindre l’armée comme dans le dessin animé. Pendant 12 ans, elle se battra comme les autres pour sauver l‘empereur et son pays.

Agir librement et humblement, pour son pays et sa famille sans se soucier des préjugés et des affirmations dogmatiques, voici une leçon universelle. Qu'on se le dise à partir de 6 ans dans les écoles chinoises !

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK