Les Podcasts de La Première

Jim Morrison - Tu es arrêté à New Haven (Episode 14)


Cher Jim,

Tu ne le sais probablement pas mais le premier artiste arrêté sur scène dans toute l’histoire de la musique, c’est le chanteur Carlo Albani. Il a été arrêté sur scène à Boston en 1908 pour une histoire de rupture de contrat avec l’Opéra de Manhattan.

Mais le premier chanteur de rock arrêté par la police sur scène en plein concert, c’est toi. Nous sommes le samedi 9 décembre 1967, à New Haven dans le Connecticut. Jim Morrison a eu 24 ans la veille. Les Doors doivent donner un concert dans l’arène de hockey sur glace de la ville, un concert caritatif afin de récolter des fonds pour l’école de New Haven.

Vous débarquez à un moment agité pour la ville. Depuis plusieurs jours, les forces de l’ordre se montrent violentes à l’égard des manifestants pacifistes.

Un peu avant le concert, tu contes fleurette à une jeune fan dans les douches derrière la scène. Un policier survient et vous demande à tous les deux de quitter les lieux. Il ne t’a pas reconnu. Il ne sait pas que tu es le chanteur du groupe. Tu refuses de partir. Le ton monte. Et le policier finit par te gazer dans les yeux. Tu hurles de douleur, fonces dans les loges et racontes qu’un policier vient de t’agresser. Le chef de la police, le lieutenant Kelly, veut t’arrêter sur le champ pour rébellion. Mais le manager des Doors explique qu’il faudra alors annuler le concert caritatif et renvoyer tous les spectateurs. Ce qui ne sera pas simple. Finalement, le policier et toi vous présentez vos excuses. Et le concert commence.

Mais à un moment, en plein milieu d’une chanson, tu te mets à raconter ce qui s’est passé au public. Tu résumes les événements en les scandant comme une chanson. Tu parles de ce petit homme avec son petit uniforme bleu et sa petite casquette bleue qui est venu te déranger pendant que tu discutais avec une fille dans les douches. Ce petit homme bleu qui a sorti une conserve noire de son dos, qui t’a projeté du gaz dans les yeux et qui t’a aveuglé pendant 30 minutes. Puis, tu reprends normalement la chanson.

Mais les policiers ne semblent pas avoir apprécié cette improvisation. A la fin du morceau, les lumières de la salle se rallument et des policiers montent sur scène. Le chef de la police, le lieutenant Kelly, s’approche de toi, les mains sur les hanches. Tu tends le micro au policier pour qu’il puisse s’exprimer et le lieutenant annonce que le concert est terminé. Un spectateur filme la scène qui suit. Sur les images, on te voit très surpris encerclé par deux policiers et emmené derrière les rideaux qui ferment la scène.+

De nombreux spectateurs et journalistes présents ont témoigné de la violence des policiers. Ils t’ont frappé plusieurs fois, ils ont repoussé les spectateurs qui s’approchaient de la scène, les policiers de New Haven ont même arrêté un photographe, une journaliste et un critique musical. Tu es emmené au poste de police pour performance obscène, violation de la paix et résistance à ton arrestation. Une trentaine de spectateurs viennent manifester devant le commissariat. Plusieurs d’entre eux sont également arrêtés. Toi, tu passes la nuit au poste et tu es libéré le lendemain après le versement d’une caution de 1500 dollars. Les charges qui pèsent contre toi sont très vite abandonnées, preuve que la police n’avait pas grand-chose à te reprocher.

Mais ce concert de New Haven illustre beaucoup de choses. Déjà, tu n’as pas ta langue en poche quand tu es sur scène. Ensuite, les forces de l’ordre ne t’apprécient pas particulièrement. Et les Doors commencent à développer l’image d’un groupe avec qui tout peut arriver en concert, ce qui peut plaire aux jeunes spectateurs plutôt rebelles des années 60. Mais qui peut inquiéter les promoteurs de spectacles. La réputation des Doors va commencer à en souffrir.

Détail amusant : deux ans plus tard, tu reviendras sur cette nuit agitée à New Haven dans la chanson " Peace Frog " de l’album Morrison Hotel. Tu y parles du sang dans les rues de cette ville du Connecticut. Comme quoi, tu n’as pas oublié cette arrestation historique.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK