Les Podcasts de La Première

Jim Morrison - The Soft Parade: l'album le plus court (Episode 28)


Cher Jim,

Nous voilà déjà à l’été 1969. Le 18 juillet paraît enfin le 4ème album des Doors. " The Soft Parade ". Plus d’un an après le précédent, un délai très long à l’époque. L’album a coûté très cher à produire et il y a eu des tensions dans le groupe. C’est visible sur la pochette de l’album. Pour la première fois dans l’histoire du groupe, les noms des auteurs des chansons sont indiqués. On voit qui a écrit quelle chanson. Jusqu’ici, tous les morceaux avaient été attribués aux Doors même s’ils étaient majoritairement écrits par toi et de temps en temps par ton guitariste Krieger. Et on voit aussi très vite que l’album est le plus court de votre carrière. Seulement 9 morceaux. Dont la moitié écrits par le guitariste. Une première.

Le disque s’ouvre les cuivres et les cordes de " Tell All The People ", une chanson de Krieger justement. Celle qui t’a poussé à vouloir séparer les noms des compositeurs. Tu ne voulais pas qu’on t’associe au rôle de meneur, de leader mis en avant par cette chanson.

Encore une chanson du guitariste pour suivre, encore un tube d’ailleurs. " Touch Me ". Une chanson d’amour implicitement sexuelle mais mal venue dans le contexte de ton procès.

Quand c’est toi qui écris une chanson sur l’album, pas de trompette et pas d’instrument à cordes. La production est plus simple, plus Doors. " Shaman’s blues ", le " blues du shaman " sonne presque comme un morceau autobiographique où tu annonces déjà la fin du personnage que tu as incarné sur scène.

" Do It ", " Faites-le ", est une petite chanson toute simple écrite par Krieger et toi et qui, en peu de mots, se montre assez politique puisque vous dites aux jeunes qu’ils sont ceux qui pourront changer le monde.

Changement d’ambiance avec la plus légère avec une chanson laissée de côté sur l’album précédent. C’est " Easy Ride ", toujours écrite par toi Jim, une gentille chanson d’amour facile, légère et positive.

Le plus rock " Wild Child " est encore un morceau de ta composition. Il évoque un enfant sauvage qui pourrait être toi-même, Arthur Rimbaud ou un garçon de ton entourage. Comme souvent dans des textes énigmatiques, Jim, on l’ignore.

" Runnin’ Blue " est une chanson hommage écrite par Robby Krieger. Hommage au chanteur Otis Redding mort dans un accident d’avion un an et demi plus tôt, hommage à la musique country et hommage au vieux blues " walking blues ". Pour la première fois, on entend Robby Krieger chanter sur un disque des Doors. C’est lui qui se charge du refrain.

" Wishful Sinful " est encore une chanson écrite par Robby Krieger. Elle évoque des images maritimes jungiennes qui, selon son auteur, symboliseraient une relation sexuelle.

L’album se termine par la longue chanson qui donne son titre à l’album " The Soft Parade ". " La parade douce " des hippies qui marchent le long des boulevards de Los Angeles. C’est un collage poétique et musical de plusieurs de tes textes, Jim. Et c’est une des introductions les plus tristes de toute la discographie des Doors.

Tu y demandes un sanctuaire, un endroit où te cacher, un asile doux. Tu n’en peux plus. Tu appelles presque à l’aide. Et personne ne s’est rendu compte à l’époque à quel point tu te mettais à nu. Dans deux ans, tu seras mort et enterré. 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK