Les Podcasts de La Première

Jim Morrison - Ta vie à Paris (Episode 36)


Mars 1971. Tu rejoins Pamela à Paris. Elle t’attend depuis plusieurs semaines à l’hôtel George V. Vous y passez quelques jours ensemble. Le temps pour toi de te faire remarquer au café Alexandre tout proche, où tes généreux pourboires font oublier tes trop nombreux verres éclusés. Depuis qu’elle est à Paris, Pamela a retrouvé son amant dealer Jean de Breteuil. C’est un jeune noble français bien connu des rock stars amatrices de drogue. C’est lui qui fournit Pam en héroïne.

D’habitude, tu ne consommes pas ce genre de drogue, Jim. Mais à Paris, loin de chez toi, dans un pays dont tu ne comprends pas la langue, dans un pays où le poète des Doors devient muet faute de mots, il n’est pas impossible que tu y plonges. Mais évidemment, c’est surtout l’alcool qui t’attire. Tu bois au café de Flore, tu bois aux Deux Magots, tu bois au Rock n Roll Circus. Tu bois et tu t’abimes encore plus.

Pam et toi quittez assez vite le très luxueux et très cher Georges V et vous sous-louez un trois chambres au 2ème étage du numéro 17 de la rue Beautreillis. Tu te promènes, tu bois et tu écris. Des poèmes et des tentatives d’un long texte sur ton procès à Miami. Tu te rases la barbe. De toute manière, ici, personne ne te connaît. Tu visites Notre-Dame de Paris. Tu écris dans tes carnets un " Journal de Paris ". On peut y lire ceci :

(Les forêts de bougies de Notre-Dame) / des nonnes mendiantes aux sourires changeants, petits sacs de velours et yeux cataleptiques / vagabondant vers les fenêtres criardes aux calendriers de mosaïques. "

Tu retrouves ton amie, la réalisatrice Agnès Varda. Tu te soûles lors de la fête d’anniversaire de sa fille.

Le 3 avril, tu croises le guitariste américain Phil Turner du groupe Clinic dans un bar. Vous jouez quelques morceaux ensemble. Et Phil te dédiera un morceau après ta mort. " Beautiful Jim ".

 

Quelques jours plus tard, Pam et toi partez en voyage en voiture vers le sud de la France, puis l’Espagne et le Maroc. A votre retour au mois de mai, tu tombes d’une fenêtre, de la chambre même de l’Hôtel où Oscar Wilde est mort. Tu as de la chance, tu n’as rien. Un peu plus tard, le même soir, un étudiant français Gilles te découvre complètement soûl à l’entrée de la boîte Rock and Roll Circus. Il te ramène chez un ami à lui, un journaliste qui parle bien anglais, Hervé. Tu passes la nuit chez lui et vous sympathisez. Quelques jours plus tard, tu reçois le disque LA Woman. Tu le découvres mixé. Et tu l’adores. Sur la pochette, tu poses dans le coin droit de la photo. Méconnaissable sous ta longue barbe et derrière ton visage gonflé. Tu parais tellement vieux alors que tu n’as que 27 ans.

Le 14 juin 1971, tu appelles le batteur des Doors, John Densmore, au téléphone Tu lui demandes comment se porte l’album L.A. Woman. Tu es ravi quand il t’apprend que le 33 tours et le 45 tours de Love Her Madly se vendent très bien. Densmore est le dernier membre des Doors à qui tu parles.

Le 28 juin, tu visites avec Pam et ton copain Alain Ronay le petit village de Saint-Leu d’Esserent. Il y a une fête foraine. On te voit sur les photos, avec une chemise rose et un pull bleu. Tu as l’air tellement fatigué, tellement usé, même quand tu manges des frites en souriant à côté de Pam. Il te reste quatre jours à vivre. Et ça se voit.  (fête des loges 00 :00 intro puis fanfare 01 :50)

Le 1er juillet au soir, des témoins te voient te disputer avec Pam dans un restaurant. Tu t’enfuis et on te voit boire seul dans un bar. Le 2 juillet, tu passes une bonne partie de la journée à te balader avec Alain Ronay. Tu parles peu, tu as l’air malade, tu es pris de crises de hoquet. En fin de journée, tu envoies un télégramme à l’éditeur de tes livres de poésie chez Simon & Schuster.

Tu lui demandes d’utiliser des photos de toi barbu pour illustrer le livre. Et pas les vieilles photos de toi en star du rock et du sexe. Ensuite, tu te rends au cinéma avec Pam. Vous allez voir un vieux western de 1947, " La Vallée de la Peur " avec Robert Mitchum. Quelques heures plus tard, on te retrouvera mort dans la baignoire de ton appartement rue Beautreillis, à Paris.          

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK