Les Podcasts de La Première

Jim Morrison - Strange Days: un album inquiétant (Episode 13)


L’année 1967 est chargée pour les Doors. Sortie du premier album en janvier, le 45 tours de " Light My Fire " est numéro un aux Etats-Unis en juillet et vous retournez en studio bien vite pour enregistrer un deuxième album. Heureusement, il vous reste plein de chansons originales à exploiter. Et surtout, les studios Sunset Sounds de Los Angeles où vous avez conçu votre premier disque a été amélioré techniquement. Il possède à présent 8 pistes d’enregistrement, ce qui permet d’ajouter plein d’effets sonores aux compositions. Un peu comme ce que les Beatles viennent de faire avec leur " Sergent Pepper ". Vous allez pouvoir filtrer ta voix, Jim, utiliser des synthétiseurs, faire tourner des bandes vierges pour simuler le bruit du vent et même diffuser des enregistrements à l’envers.

Vous commencez à travailler au nouvel album au mois d’août 1967.

Les chansons de ce nouveau disque sont encore plus sombres et plus inquiétantes que celle du premier album. On y vit des jours étranges, on y croise des jeunes filles perdues et on se demande ce qu’on pourra bien faire quand la musique sera finie. De nouveau, c’est toi Jim qui signe presque toutes les paroles.

L’album s’ouvre sur les sonorités étranges de " Strange Days ", les " jours étranges ".

You’re lost little girl " est une balade inquiétante sur une petite fille perdue écrite par le guitariste Robby Krieger. Le producteur Paul Rothchild voulait que tu la chantes avec une voix très douce. Il a donc émis l’idée de demander à une prostituée de te faire une pipe pendant l’enregistrement. C’est finalement ta copine, Pamela Courson, qui s’en est chargée.

Love Me Two Times " est une autre chanson écrite par Krieger. C’est l’histoire d’un homme qui demande à sa copine de lui faire deux fois l’amour avant qu’il ne s’en aille. C’est le 2ème 45 tours tiré de l’album. Il passera assez peu à la radio. Trop suggestif.

Unhappy Girl " est le portrait d’une fille triste où le claviériste Ray Manzarek a joué sa partition à l’envers. De la fin vers le début. Son enregistrement a ensuite été diffusé à l’envers lui aussi. Ce qui donne un son très étrange.

Horse Latitudes ", le morceau qui suit, n’est pas une chanson. C’est un de tes poèmes. C’est la description d’un moment de panique sur un bateau. Quand les marins jettent des chevaux par-dessus bord pour alléger leur navire. Surprenant sur un disque de rock.

Cette fois-ci, vous parvenez enfin à enregistrer " Moonlight Drive ", la première chanson que tu as chantée à Ray Manzarek sur la plage de Venice deux ans plus tôt.

 

People Are Strange " est le premier 45 tours tiré de l’album. C’est une chanson triste sur l’étrangeté et sur les gens rejetés par les autres. Elle aura moins de succès que " Light My Fire ". Trop sinistre.

Sinistre encore. " My eyes have seen you " est la description d’un voyeur qui épie une jeune femme qui se déshabille chez elle.

Toujours joyeux. " I can’t see your face in my mind " raconte l’histoire d’un amoureux qui ne parvient pas à se rappeler des traits de sa copine.

L’album se termine par une nouvelle fresque musicale de plus de 10 minutes : " When The Music’s Over " où tu te demandes ce qu’on peut faire une fois que la musique s’arrête. Eteindre les lumières. Parce que la musique est notre seule amie. Jusqu’à la fin. On l’a déjà constaté, Jim. Avec les Doors, on n’est pas là pour rigoler.

L’album est enregistré très vite. Il sort déjà au mois de septembre 1967, 8 mois après le premier. Il est intitulé " Strange Days " et ne montre pas les Doors sur la pochette. Sauf sur une petite affiche dans un coin. Tu n’avais pas apprécié de voir ton visage en grand sur la pochette du premier disque. Pour ce deuxième album, la photo de couverture a été prise dans une ruelle de New York et montre un nain, un trompettiste, un jongleur, un homme fort et deux danseurs. Des gens étranges pour l’album étrange d’un groupe étrange.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK