Les Podcasts de La Première

Jim Morrison - Morrison Hotel: une réussite (Episode 30)


Cher Jim,

L’année 1969 se termine mieux pour les Doors qu’elle n’a commencé. Les concerts reprennent progressivement à l’été. Vous êtes même invités au Canada pour le Toronto Rock & Roll Festival où vous jouez sur la même scène que John Lennon et son nouveau groupe, le Plastic Ono Band. C’est le 13 septembre 1969.

Deux mois plus tard, au mois de novembre, vous retournez en studio pour travailler à votre 5ème album. Et, assez curieusement, tout se passe bien. Pour les deux derniers disques, tu répugnais à venir travailler en studio, Jim. Et quand tu venais, tu étais souvent soûl. Mais en cette fin d’année 1969, début d’année 1970, tu es content de t’enfermer avec les autres Doors. D’être au calme. A l’abri de la presse et des procès. Et ça se sent. Tu écris de nouvelles chansons, très autobiographiques, et l’enregistrement est beaucoup plus rapide que pour " The Soft Parade ".

La preuve, l’album sort… 3 mois plus tard ! Le 9 février 1970. Il s’intitule " Morrison Hotel ". Et c’est une réussite.

Le disque s’ouvre sur le riff entraînant de " Roadhouse Blues " où tu donnes des conseils de conduite automobile à sa compagne Pamela.

La chanson suivante " Waiting for the Sun " aurait dû se retrouver sur le 3ème album du groupe. L’album " Waiting for the Sun " justement. Elle avait été curieusement oubliée à l’époque. Elle revient ici en force.

You Make Me Real " est une vieille chanson que tu as écrite au tout début de la carrière des Doors. Un bon vieux rock and roll.

Peace Frog " était un instrumental à la base. Mais le producteur Paul Rothchild a trouvé des poèmes inutilisés dans tes carnets de poésie, Jim, notamment un texte intitulé " Histoires d’avortement " et il t’a convaincu de les poser sur la musique.

Le plutôt rock " Peace Frog " se fond directement dans le plus calme " Blue Sunday ", une jolie chanson d’amour que tu adresses à Pam.

Ship of Fools " est une chanson écologiste, Jim. Tu y parles de la pollution et de la population humaine qui se conduit comme une nef de fous.

Land ho ! " est une authentique chanson de marin à l’ancienne que tu as imaginée, Jim. On se croirait presque dans un roman d’Herman Melville.

Pour la très romantique chanson " The Spy ", tu as chipé ton premier vers au titre d’un roman d’Anaïs Nin et tu mets en scène un espion dans la maison de l’amour.

Queen of the highway " est une nouvelle chanson d’amour très autobiographique. Tu y parles d’une princesse, reine de l’autoroute, Pamela, et d’un monstre de cuir noir, toi bien sûr.

" Indian Summer " est la toute première chanson enregistrée en studio par les 4 Doors à l’été 1966. Vous l’avez récupérée et à peine retouchée pour allonger un peu ce 5ème album.

L'album se termine par Maggie M’Gill, l’histoire d’une jeune fille des collines dont le père alcoolique a provoqué la ruine et qui doit descendre en ville pour s’en sortir. De nouveau, tu en profites pour parler du chanteur que tu es devenu. Ou que tu as envie de devenir. Un vieux chanteur de blues. Et plus un sex symbol du rock.

La pochette de l’album est superbe de simplicité. On y voit le groupe derrière la vitre d’un hôtel appelé " Morrison Hotel ". Un hôtel qui existe vraiment dans le centre de Los Angeles.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK