Les Podcasts de La Première

Jim Morrison - Miami : la fin de la carrière publique ? (Episode 24)


Cher Jim,

Nous sommes le 1er mars 1969. Les Doors entament leur première grande tournée américaine en prévision de la sortie de leur quatrième album studio " The Soft Parade ". Des dizaines de concerts sont prévus dans tout le pays. Et la tournée débute à Miami, en Floride, l’état qui t’a vu naître, Jim.

Les Doors entament leur tournée nationale au Dinner Key Auditorium. Ce n’est pas vraiment une salle de concert, c’est un ancien hangar à avions reconverti en salle de spectacle. Le sol est en ciment et le hangar peut accueillir un peu moins de 7000 places assises. Mais les promoteurs du concert sont gourmands. Sans prévenir les Doors, ils ont décidé de retirer les chaises et de ne proposer que des places debout, ce qui leur permet d’accueillir 13000 fans et de doubler leur bénéfice. Quand l’équipe des Doors arrive sur place, elle est furieuse. Ce n’est pas ce qui était prévu par contrat. Ambiance…

Pire encore. Tu n’es pas là, Jim. Tu es en retard. Tu devais venir seul de son côté, directement en avion de Los Angeles, mais tu t’es disputé avec Pamela ce matin-là et tu as raté ton avion. Tu attends le suivant en buvant au bar de l’aéroport. Et tu continues à boire dans l’avion. Tu fais escale à La Nouvelle Orléans et tu rates ta correspondance pour Miami. Tu attends encore un autre avion, tu bois encore et tu arrives finalement très en retard dans l’ancien hangar à avion. C’est un Morrison soûl, barbu et totalement vêtu de noir qui monte finalement sur scène dans la chaleur moite de cette soirée du 1er mars 1969 à Miami. Devant un public deux fois plus important que prévu. Et tu sembles avoir plus envie de discuter avec le public que de chanter.

Les musiciens se lancent dans " Back Door Man " pour lancer le concert et tu chantes presque comme un automate imbibé d’alcool avant de t’éloigner des paroles habituelles pour s’adresser de nouveau au public.

 

Eh oui, Jim. Tu demandes à 50 où 60 personnes de monter sur scène et de venir aimer ton cul, ce qui fait rire le public. Les musiciens derrière toi semblent un peu moins rire et se lancent dans un autre morceau " Five To One ". De nouveau, tu te mets à chanter. Mais de nouveau, tu t’arrêtes pour interpeller le public. Et le traiter d’idiots.

Tu insultes les spectateurs en te demandant s’ils aiment qu’on leur dise quoi faire. S’ils aiment qu’on leur mette la tête dans la merde. Pire encore, tu les traites ensuite d’esclaves.

Et le concert continue tant bien que mal.

Bien sûr, tu es soûl. Bien sûr, le concert est mauvais. Mais tu tentes quelque-chose. Ce que tu fais à Miami ressemble à ce que tu as raconté quelques jours plus tôt en studio lors de l’enregistrement de " Rock Is Dead ". Et surtout, c’est la version rock de la pièce de théâtre avant-gardiste " Paradise Now " que tu es allé voir presque tous les jours à Los Angeles. Ce que tu cries au public ressemble presque mot pour mot à ce que les comédiens du " Living Theatre " disent sur scène.   

Les musiciens tentent tant bien que mal de reprendre les choses en main mais quand ils débutent une de leurs nouvelles chansons, tu t’en prends aux Doors eux-mêmes.

La preuve que tu es influencé par la troupe du Living Theatre. Tu interromps de nouveau un morceau pour parler de ces gens qui essaient de changer le monde.

Les Doors finiront quand même par jouer quelques morceaux et tu chanteras de temps en temps en continuant à discuter avec le public. A un moment, peut-être inspiré par les comédiens du Living Theatre qui se déshabillaient sur scène, tu annonces que tu vas montrer ton sexe au public. Tu joues avec ta main et ta chemise devant ton entre-jambe et… personne ne voit rien.

Le concert se termine dans un joyeux chaos où certains spectateurs montent sur scène – comme un activiste végétarien qui vient t’ offrir un agneau . 

Un joyeux chaos donc où tu tombes même dans le public et où finalement tout le monde semble s’être bien amusé. Les policiers sur place vous retrouvent en coulisses à la fin du concert et boivent des bières avec vous. Et toi, Jim ? Tu as dessoûlé et tu sembles très content de toi.

Le lendemain, vous vous envolez pour des petites vacances dans les Caraïbes avant de reprendre votre longue tournée américaine. Vous ne le savez pas encore mais tous vos concerts vont être annulés et votre carrière publique est déjà presque terminée.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK