Les Podcasts de La Première

Jim Morrison - Les Doors sont au complet: premiers pas sur scène (Episode 8)


Résumons-nous. Nous sommes au début de l’année 1966, à Los Angeles. Voici donc un nouveau groupe au nom étrange : les Doors. Ils sont quatre : toi, Jim Morrison, au chant, Manzarek aux claviers, Densmore à la batterie et Krieger à la guitare.

Vous avez enregistré une démo que toutes les maisons de disque de la ville ont rejetée. Vous avez plusieurs chansons originales aux thématiques mystérieuses et plutôt sombres. Vous répétez depuis des semaines dans une maison qui donne sur la plage de Venice et l’océan pacifique. Les Doors doivent maintenant se faire connaître du public.

Et là, vous avez de la chance. Vous êtes au bon endroit, Los Angeles, au bon moment, le milieu des années 60. Ces dernières décennies, la Ville des Anges s’est enrichie grâce à l’industrie du cinéma. Mais elle est aussi liée à la musique depuis les années 40. C’est à Los Angeles que s’est développé le " West Coast Jazz ", le jazz cool du crooner Chet Baker par exemple.

Des maisons de disque de RnB s’y implantent dans la foulée avant que Los Angeles ne devienne la capitale de la musique pop et surtout de la musique surf qui tente de reproduire le son des vagues, comme le guitariste Dick Dale.

En 1963, c’est un groupe de Los Angeles, les Beach Boys, qui déferle sur les charts et qui initie un mouvement de groupes positifs et candides aux paroles festives et joyeuses.

Bien sûr, l’arrivée des Beatles aux USA brouille les cartes de la musique pop américaine et des groupes d’un genre nouveau apparaissent. Et ils peuvent jouer en public car de nombreux clubs ouvrent leurs portes sur Sunset Boulevard. On peut y écouter des formations américaines inspirées des groupes anglais comme Frank Zappa.

Ou encore Captain Beefheart and his Magic Band.

Les clubs du Boulevard, c’est là que les Doors doivent jouer pour se faire connaître.

 

Au mois de mars 1966, vous vous faites engager au London Fog. C’est une salle minuscule aux murs recouverts de journaux anglais, un endroit puant la bière et la cigarette, fréquenté de temps en temps par des marins et des prostituées. Vous passez une audition un lundi soir et vous demandez à tous vos copains de l’université de venir vous écouter jouer pour gonfler le public. Ça marche, le propriétaire du club est convaincu. Il vous engage 4 soirs par semaine. Evidemment, lors de votre premier concert officiel, il n’y a plus personne.

Enfin si. Il y a une jolie jeune femme rousse. C’est d’abord Densmore qui la remarque. Puis toi, Jim. Elle s’appelle Pamela Courson. Et vous tombez amoureux. Bien sûr, il y en aura d’autres. Et des célèbres comme Nico, la chanteuse du Velvet Underground. Mais Pam et toi, vous ne vous quitterez jamais vraiment depuis le London Fog.

Au London Fog, vous jouez sur une scène minuscule. Vous êtes collés les uns aux autres. Dans un premier temps, tu chantes dos au rare public et face à tes musiciens, comme en répétition. Puis tu commences à développer ton personnage de scène tandis que les trois autres Doors allongent leurs morceaux par de longs passages instrumentaux.

En mai 1966, une jeune femme enregistre un concert des Doors au London Fog. Il a été publié en coffret 50 ans plus tard. Tu n’as jamais eu l’occasion de l’écouter, Jim. Nous sommes dans la petite salle enfumée et crasseuse du London Fog et on écoute les Doors.

Les Doors ne jouent que deux mois au London Fog. Le 7 mai 1966, le club fait faillite.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK