Les Podcasts de La Première

Jim Morrison - les Doors et les festivals (Episode 33)


Cher Jim, tu n’étais pas là lors de ce grand moment de la musique des années 60. Un moment enregistré à Woodstock, dans l’état de New York, en aout 1969.

C’est vrai. Mais c’est tout simplement parce que les Doors n’y sont pas allés. En fait, vous avez refusé d’y aller. Vous aviez évidemment déjà participé à des festivals en plein air. On peut d’ailleurs vous entendre ici au Pop Festival de Seattle quinze jours avant Woodstock.

Mais les Doors n’aiment pas jouer à l’extérieur. C’est surtout toi, Jim, qui pense que les Doors ont besoin de la nuit et d’une sorte d’ambiance de salle de cinéma pour créer leur atmosphère. Alors, quand ce petit festival new-yorkais contacte les Doors, vous refusez. Vous ne tenez pas à jouer à l’air libre et vous n’acceptez pas de vous déplacer si vous n’êtes pas tête d’affiche. A Woodstock, vous auriez été noyés dans la masse.

Evidemment, à ce moment-là, personne n’imaginait à quel point ce festival allait marquer son époque. Woodstock est l’incarnation ultime de la musique et de la philosophie des années 60. Et les Doors n’y sont pas. Enfin, pas vraiment. Parce que le batteur des Doors, John Densmore, y va comme spectateur. Il monte même sur scène. Et il découvre à sa grande surprise que le chanteur Joe Coocker n’est pas noir. Mais blanc !

Evidemment, vous n’allez pas répéter deux fois la même erreur. Un an plus tard, à la fin du mois d’août 1970, vous êtes invités à un autre méga-festival. Celui de l’île de Wight, une île de la côte sud de l’Angleterre. Tout le monde y va : Hendrix, les Who, Miles Davis. Et on annonce encore plus de spectateurs qu’à Woodstock.

Vous êtes en plein procès de Miami mais vous traversez quand même l’Atlantique et vous montez sur scène devant 500000 spectateurs. Nous sommes le dimanche 30 août 1970. Il est deux heures du matin.

Tu apparais fatigué, Jim, barbu et fumant cigarette sur cigarette. Tu te tiens immobile devant le micro pour chanter 8 morceaux en une petite heure. La petite scène est plongée dans une pénombre presque totale. Les groupes étaient censés apporter leur propre système d’éclairage. Vous l’ignoriez. Vous êtres donc juste éclairés par quelques spots rouges et oranges.

Finalement, avec cet éclairage minimaliste, l’image est superbe. Eh oui, une image superbe parce que ce concert est intégralement filmé. C’est d’ailleurs le dernier concert filmé des Doors. Dans moins d’un an, tu seras mort à Paris et enterré dans une petite tombe anonyme au Père Lachaise.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK