Les Podcasts de La Première

Jim Morrison - Les Doors et la publicité (Episode 21)


Cher Jim,

Nous sommes au mois de septembre 1968. La tournée européenne des Doors est terminée. Mise à part ton absence de sur scène à Amsterdam, on peut considérer que la tournée a été un succès. Les Doors retournent à Los Angeles avec la perspective de commencer les répétitions de leur quatrième album. Mais toi tu décides de passer quelques jours de vacances à Londres avec ta compagne Pamela. Lors de ce séjour, tu vas faire la connaissance du poète et dramaturge américain Michael McClure. Vous allez sympathiser tous les deux, envisager différents projets de films qui ne vont jamais aboutir mais McClure va lire les poèmes que tu retranscris dans tes différents carnets et c’est lui qui va t’encourager à les publier.

Tu vas suivre ses conseils quelques mois plus tard. Au début de 1969, tu publies à compte d’auteur sous le nom de James Douglas Morrison, et pas sous celui plus connu de Jim Morrison, un petit recueil de 80 pages constitué d’aphorismes – des textes courts inspirés de Friedrich Nietzsche et des analyses poétiques du cinéma. Il l’intitule " The Lords : Notes on Vision ". " Les Seigneurs : Notes sur la vision ".

Un peu plus tard, tu en publies un second, toujours à compte d’auteur et toujours sous ton nom d’écrivain et pas de rock star. C’est un recueil d’une quarantaine de poèmes qui s’intitule " The New Creatures ", " Les nouvelles créatures ".

Les deux petits livres seront réunis et publiés en avril 1970 par le grand éditeur américain Simon & Schuster sous le titre " The Lords and The New Creatures ". Mais cette fois-ci, évidemment, sous le nom plus vendeur de Jim Morrison.

Mais ça, c’est pour 1969 et 1970. Pour l’instant, tu es toujours à Londres en train de discuter poésie avec Michael McClure. Pendant ce temps-là, les trois autres Doors sont à Los Angeles et ils discutent d’une publicité. La compagnie de voitures américaines Buick vient de contacter le groupe. Buick voudrait utiliser la chanson " Light My Fire " pour une publicité. Les chansons sont toujours attribuées aux 4 Doors, alors que c’est toi qui écris la majorité des textes. Les droits d’auteur sont partagés en quatre. Mais " Light My Fire ", c’est une chanson de Krieger, ton guitariste. Les Doors tentent de te contacter à Londres. Sans succès. En désespoir de cause, ils acceptent la proposition de Buick.

Les Doors ne sont pas les seuls. A l’époque, en 1968, Jefferson Airplane a accepté d’enregistrer une chanson pour une marque de jeans célèbre.

 

Et le groupe anglais Cream d’Eric Clapton a accepté d’enregistrer une publicité pour une marque de bière.

Quand tu reviens à Los Angeles et que tu apprends qu’une des chansons du groupe va être transformée en publicité, tu te mets en colère. Tu refuses que l’art du groupe se transforme en support commercial. Tu appelles l’avocat des Doors et tu menaces de défoncer une Buick sur scène à coup de marteau lors de chaque concert des Doors si le projet n’est pas annulé. Ce serait alors ce qu’on n’appelle pas encore un " bad buzz ".

Finalement, la publicité Buick ne sera jamais tournée. Tu as gagné. Mais l’ambiance dans le groupe ne sera plus jamais tout à fait la même.

Par contre, grâce à toi Jim, les Doors restent à ce jour peut-être le seul groupe au monde dont l’intégrité artistique ait été respectée et dont les chansons n’aient pas servi comme musique de publicité. Et là, tu peux être fier.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK