Les Décodeurs RTBF

Amazon veut-elle nous rendre paranos ?

Vous souvenez-vous de Desperate Housewives ? Cette série télé où les voisins et les voisines passent leur temps à s’épier les uns les autres. Certains sont un peu paranos et parfois ils ont raison, parce qu’à Wisteria Lane, cette banlieue chic où se déroule la série, le taux d’homicide est assez élevé.

Aujourd’hui, ces voisins n’auraient plus vraiment besoin de s’épier. Il existe des sonnettes connectées intégrant des caméras, qui vous permettent d’identifier la personne qui sonne à votre porte, mais aussi d’interagir avec vos voisins pour échanger des informations sur les va-et-vient dans votre quartier. C’est ce que propose la société américaine Ring. Ring a été rachetée l’année dernière par Amazon pour un milliard de dollars.

Vous produisez vos propres faits divers

Ce qui est étrange, c’est que cette société vient de publier une offre d’emploi dans laquelle elle recherche un journaliste expérimenté, qui couvre les faits divers depuis plusieurs années.

Sa mission sera de coordonner une équipe de reporters. Cette équipe sera chargée de sortir des breaking news, des alertes, des scoops sur des faits criminels. L’annonce précise que le but est d’informer « nos voisins » et de couvrir l’actualité criminelle d’une ville, d’un quartier, de signaler les cambriolages, les agressions, les viols, les meurtres… Qui se passent près de chez vous.

Pourquoi cette société se lance-t-elle dans la production d’information, et plus précisément dans les faits divers ?

D’après un article du NiemanLab, les contenus qui seraient produits par cette équipe de reporters seront probablement intégrés dans l’application développée par Ring. Cette application s’appelle Neighbors. Elle n’est disponible qu’aux Etats-Unis, où elle a été téléchargée plus d’un million de fois. Cette application se présente sous la forme d’une carte de votre quartier, où apparaissent des événements qui se produisent près de chez vous. Sur le site Internet de Ring, on peut voir une capture d’écran assez parlante. En gros l’application vous signale un danger au bout de votre rue, elle vous informe qu’un voisin a vu un inconnu à 7 heures du matin devant chez lui, ou qu’une agression a été commise la veille à 23h30 sur le parking de la supérette du coin.

Qui produit actuellement ces informations ?

Ce sont vos voisins qui produisent ces informations qui risquent de vous rendre paranos.

Si vous avez téléchargé l’application, vous pouvez par exemple signaler que ce matin vers 10h25 vous avez vu un homme barbu, environ 1m80, portant des lunettes et un sweat-shirt gris.

Vous pouvez le géolocaliser boulevard Reyers, dans les studios radios de La Première. S’il a sonné à votre porte et qu’il s’est retrouvé dans le champ de votre caméra, vous pouvez même poster sa photo à l’attention de vos voisins, avec un petit message du genre : « Connaissez-vous cet homme ? » « Oui c’est lui, j’appelle la police », vous répondra peut-être un autre voisin. (C’est un exemple tiré de la home page de Ring).

Le côté positif c’est que, si les journalistes font bien leur boulot, ils vont recouper l’information. Logiquement, ils ne publieront que des faits avérés.

Par contre, on peut se poser des questions sur les publications d’un voisin angoissé qui se méfie de toute personne qu’il ne connaît pas. Un journaliste est censé faire la part des choses. Mais le côté négatif c’est de voir un projet journalistique piloté par une entreprise qui n’a rien à voir avec la presse.

Ring commercialise des systèmes de sécurité. Son but est de vendre des sonnettes, des systèmes d’ouverture de porte et des caméras de surveillance. La société a plus de chances de vendre ses produits à des gens inquiets pour leur sécurité. Si vous êtes bombardé d’articles focalisés sur les faits divers et les personnes suspectes qui rôdent dans votre quartier ou dans votre studio, il y a des chances que ça fasse un peu monter votre niveau d’anxiété et acheter un système de sécurité…

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK