Les Belges du Bout du Monde

[VIDEO] Confinement – Comment les Belges du bout du Monde le vivent-ils ?

En ces temps de confinement, Adrien Joveneau est allé à la rencontre des Belges qui résident à l’autre bout du monde. Comment la crise du coronavirus les touchent-ils ? Comment vivent-ils ce confinement ?

Témoignage de six expatriés.

 

Olivier Paul Morandini, viticulteur confiné en Toscane

Initiateur de la mise en service du 112, le numéro d’appel d’urgence européen, Olivier ne se prédestinait pas à une carrière de vigneron. Lors d’un voyage en Italie, pays d’origine de son grand-père, il se découvre une véritable passion pour le vin. En février 2009, il décide de changer de cap et de se consacrer exclusivement à la vigne. Son épouse le suit dans ce projet et ils partent s’installer en Toscane.

Revoir l’émission TV

 

Jean-Philippe Delhaye, agent de voyages confiné en Crète

Ici, tout le monde l’appelle Yannis. Un Bruxellois qui a eu le courage de couper la corde, de quitter son job de courtier en assurances pour regarder par-delà la colline. Au lieu de se consacrer à la gestion des problèmes et malheurs des gens, il a décidé de les aider à concrétiser leurs rêves en créant ici une agence de voyages basée sur le tourisme de proximité.

 

R​​​​evoir l’émission TV

Sandrine Ramboux, formatrice auprès des femmes réfugiées

C’est avec quelques appréhensions que Sandrine Ramboux arrive à Istanbul en 2007 avec son mari et ses deux filles. Mais très vite, le doute se dissipe au fur et à mesure que la Bruxelloise découvre la vie sur la rive occidentale du Bosphore. Ingénieure commerciale de formation et spécialisée en droit européen, Sandrine trouve rapidement un job dans la finance.

Revoir l’émission TV

 

Béatrice Lebon-Chami, pneumologue à l’hôpital ND Maritime de Jbeil au Liban

Vincent Jonckheere, créateur de la conserverie de poissons Saboréal au Portugal

A 35 ans, Vincent s’est expatrié dans le sud du Portugal… pour y faire renaître la tradition de la conserverie de sardines !
La fabrique Saboreal existe depuis juillet 2015 et produit de jolies conserves.

Revoir l’émission TV

Sabri Oueslati, chef d’entreprise touristiques à Sidi Bou Saïd, en Tunisie

De mère brugeoise et de père tunisien, Sabri Oueslati est, dès qu’il pousse son premier cri, baigné dans deux cultures. Après des études d’éducation physique et de kinésithérapie à Bruxelles, il change radicalement de cap : durant quinze ans, il travaille dans le secteur informatique, avec des positions commerciales et managériales.

Revoir l’émission TV

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK