Les Belges du Bout du Monde - Émission radio

En Sicile, les femmes sont plus dangereuses que les coups de fusil !

En Sicile, les femmes sont plus dangereuses que les coups de fusil !
21 images
En Sicile, les femmes sont plus dangereuses que les coups de fusil ! - © Tous droits réservés

Ça c’est pour le cliché de la mafia et du Parrain de Francis Ford Coppola… Je vous rassure, le seul risque que vous courez en rejoignant Sabine en Sicile, c’est de tomber raide dingue amoureux de la plus grande île de la Méditerranée…

Née en 1980 au Pays de Galle, Sabine Locht a grandi en Belgique, à l’ombre des terrils de Blegny-Mine. Elle suit, avec succès, des études de conservation d’objet d’art à Saint Luc à Liège. Comme il n’est pas évident de trouver un job dans ce secteur, elle postule au Club Med où elle est engagée à Sestrière pour la saison d’hiver. Elle y rencontre Massimo, son futur mari qui l’emmène vivre dans son village natal Comiso.

Comiso, c’est aussi le berceau de Salvatore Adamo, un des chanteurs préférés des parents de Sabine. En me promenant avec elle Via Balbo, j’appelle Salvatore via WhatsApp, il est ému par la destinée de Sabine, trajectoire inverse de la sienne. Chacun vit aujourd’hui, libre et heureux dans le pays de l’autre. Salvatore nous conseille de rencontrer Giuseppe DiGiacomo, alias Pippo, l’ancien maire de la ville. Une forte personnalité qui a fait la grève de la faim pour que l’ancienne base militaire de Comiso soit convertie en aéroport civil. Elle a aussi accueilli des réfugiés kosovars lors de la guerre qui a déchiré les balkans.

A quelques kilomètres de Comiso, Sabine me fait découvrir Ragusa. Comme 7 de ses voisines du sud-est sicilien, la ville est classée au Patrimoine mondial de l’Unesco et elle n’a pas volé cette reconnaissance. Je suis ébloui par son architecture baroque et par la profusion d’églises et de palais en pierre blonde que recèle Ragusa Ibla, la plus fascinante des cités jumelles, étendue sur un promontoire dominant une vallée pastorale sculptée par les murets de pierres sèches.

Enchainant les cités mythiques comme les perles d’un collier, Sabine m’emmène ensuite dans son "deuxième bureau". J’aimerais tant voir Syracuse, chantait Henri Salvador. Pour elle, c’est chose faire depuis belle lurette, Sabine connait Syracuse comme sa poche, surtout l’île d’Ortygie où nous nous perdons dans un dédale de petites ruelles et de placettes aux façades riches en influences grecque, bizantine, romaine, normande… Un vrai labyrinthe au milieu de pierres millénaires et d’un marché quotidien truffé de saveurs gourmandes et de couleurs chatoyantes

Dans un style différent, nous enchaînons avec la découverte de Noto, reconstruite après le tremblement de terre de 1693, le centre-ville se concentre sur trois rues principales parallèles, tracées d’est en ouest, afin d’être éclairées par le soleil toute la journée. Nous arpentons ce bijou du baroque tardif en compagnie d’un autre compatriote, Olivier Lassoie, avocat d’affaires qui a la chance de pouvoir télé-travailler face à la prestigieuse Cattedrale San Nicolo. Dans ce décor de cinéma, la Vita è bella…

Noto est en passe de détrôner Taormina au palmarès des cités branchées. La ville est en pleine mutation et de nombreuses personnalités de la jet-set et autres têtes couronnées y viennent en villégiature. Mais la Sicile de Sabine, c’est aussi et surtout la simplicité et le retour à la nature, nous débarquons avec elle chez Andrea sur les hauteurs de Noto, un agritourisme familial spécialisé dans la production d’olives, d’amandes et d’avocats. (www.busulmona.com)

On ne vient pas en Sicile sans aller se frotter à l’Etna, le plus haut volcan du continent européen. Cette montagne vivante culmine à 3350 mètres mais son altitude varie en permanence en fonction de son activité. Depuis la nuit des temps, elle fascine, 2 siècles avant Sabine, Alexandre Dumas était déjà tombé sous le charme :"Rien n’est comparable à ce que l’on voit du haut de l’Etna… Jamais je n’ai vu Dieu de si près, et jamais, par conséquent, je ne l’avais vu si grand."

Au pied de l’Etna, près de Linguaglossa, Frank Cornelissen fait pousser ses vignes sur un sol volcanique. Installé ici depuis 20 ans, ce flamant têtu, minutieux et acharné, produit un des meilleurs vins de la région, le fameux Nerello Mascalese. Nous le rejoignons en pleine vendanges sur ses 24 hectares de vignobles. Il a créé ici 24 emplois, 30 en haute-saison, dans le respect de la terre et du développement durable (www.frankcornelissen.it)

Dans cet esprit, Sabine, jamais avare d’un bon plan et d’une escapade en dehors des sentiers battus, nous emmène dans la Riserva naturale Oasi di Vendicari : 12 km de littoral, bordés des plus belles plages de l’île, d’étangs, de marais salants et de roselières. C’est une halte de choix pour les oiseaux migrateurs et… pour les jeunes pousses siciliennes qui fréquentent ici l’école créée par " Educazione in natura ". Les enfants de gardienne et des 3 premières années primaires ne sont pas enfermés dans des classes, ici ils apprennent à l’air libre. Ils deviendront les écocitoyens de demain… Je suis très admiratif devant Barbara qui a créé cette initiative, covid et urgence climat obligent, elle a de très beaux jours devant elle

70 ans après la vague d’immigration Italienne en Belgique, Sabine a fait le chemin inverse. Sur le voilier où nous terminons l’émission (www.invictus-sicily.com) , elle mesure sa chance d’avoir pu jeter l’ancre à Comiso pour y élever ses 2 enfants, Mattéo et Sarah tout en développant son activité de découverte touristique "La Sicile de Sabine". Elle a un don incroyable pour vulgariser ses connaissances acquises en étudiant l’histoire de l’art, très ancrée dans sa terre d’adoption, elle a toujours le bon mot pour vous parler du quotidien des Siciliens. La profonde humanité qui se dégage de cette belle âme force l’admiration, franchement je vous souhaite d’un jour pouvoir croiser la route de Sabine… Ciao amica !

 

Adrien Joveneau

Les Belges du bout du Monde en Sicile, ce 6 décembre, en radio à 9h sur La Première et en télé à 14h sur la une. Une aventure à vivre aussi via www.lesbelgesduboutdumondeexperience.be

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK