Le plus grand Musée du Monde

Musée : Replongez-vous dans les batailles de mai 1940

Dominant les vallées de la Meuse et de la Molignée, le village de Haut-le-Wastia occupe une position clef. En mai 1940, situé sur un des axes d’attaque de l’armée allemande, il connaîtra de violents combats. Visite au Musée du souvenir.

Le 12 mai en fin d’après-midi, le XVe Corps d’Armée allemand, composé des 5e et 7e divisions de panzers, aborde la Meuse dinantaise. Là, des éléments de la 9e Armée française préparent la défense des rives. En soirée, l’avant-garde allemande, sous les ordres du général Rommel, le futur Renard du désert, traverse immédiatement le cours d’eau sur la passerelle non défendue de l’écluse de Houx. C’est le 1er franchissement du fleuve ardennais, condition impérative à la réussite de l’offensive nazie.

Renforcées à l’aube du 13 mai par d’autres attaques entre Bouvignes et Houx, les unités allemandes progressent vers les hauteurs, créant une double tête-de-pont. Au nord, face à Houx, les défenseurs français, d’abord surpris, doivent abandonner les rives mais ils se ressaisissent et tiennent solidement les crêtes, l’accès à la Molignée et Haut-le-Wastia. En fin de journée, les Allemands conquièrent cependant la localité à l’exception de son entrée sud, occupée dans l’après-midi par l’infanterie française.

7 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Le 14 à l’aube, avec des troupes pourtant déjà éprouvées par plusieurs jours d’opération, les Français lancent une ultime attaque pour reprendre le village. Après des combats de rue furieux où quelques automitrailleuses françaises font la différence, Haut-le-Wastia change de mains. Cet assaut constitue une des rares réactions alliées victorieuses en mai 1940. Une quarantaine d’Allemands sont même capturés dans l’église. Néanmoins, menacés au sud par la percée de Rommel et au nord par l’arrivée de nouvelles divisions allemandes, les vainqueurs abandonnent aussitôt leur conquête. Certains détachements français, complètement isolés, résisteront encore plusieurs heures aux assauts ennemis.

Les combats se déplacent alors en direction de Florennes. À Flavion, plusieurs centaines de chars s’affrontent le 15 mai, sans pour autant arrêter la progression allemande. La dernière chance française de bloquer les panzers à l’ouest de la Meuse aura ainsi échoué.

7 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Longtemps oubliés de tous, ces événements tragiques et le sacrifice des soldats français sont toujours restés présents dans le cœur des habitants de Haut-le-Wastia. Dans l’après-guerre, des vétérans reviennent sur les lieux de leurs combats. Bien accueillis par la population, des liens d’amitié se nouent. Avec le temps, les visites, élargies aux amicales des unités et aux familles, se concentrent en mai lors des commémorations. En 1970, un grand Mémorial est érigé gratuitement par des travailleurs des environs. En 2003, plusieurs bénévoles enthousiastes, soutenus par la Commune d’Anhée, créent l’ASBL Musée du Souvenir, Batailles de la Meuse, mai 1940. Entièrement dédié à la mémoire des militaires français ou belges engagés dans la région en mai 1940, le Musée du Souvenir a pour objectif de rappeler leurs sacrifices et les événements qui ont marqué ces journées tragiques. En ce sens, il complète et perpétue les relations amicales entre habitants et vétérans.

Dans cette optique, les salles du musée abordent chacune un thème spécifique et présentent aux visiteurs des cartes, des photos souvent uniques et des pièces d’équipement mis en perspectives par des explications détaillées ou la reconstitution de scènes grandeur nature. Particulièrement émouvants sont les souvenirs confiés par les habitants ou les vétérans eux-mêmes : uniformes, lettres, documents d’époque, médailles, objets de la vie de tous les jours… Un plan en relief du champ de bataille (6 m²) permet aux visiteurs de visualiser le terrain et de localiser les différentes actions. Les collections comptent des pièces particulièrement rares : empennage de MORANE MS 406 avec une inscription au crayon de son mécanicien polonais, pièces de chars Renault B1 bis ramassées à Flavion, mitrailleuse allemande repêchée dans la Meuse, uniformes d’officiers français, radeau gonflable allemand aux dimensions impressionnantes, uniforme de tankiste allemand, calculateur d’artillerie français… Plusieurs films mettent le visiteur directement en contact avec les combattants de l’époque : témoignage illustré d’un vétéran ayant pris part aux derniers combats dans le village et interview en images d’un pilote de chasse français abattu à Haut-le-Wastia le 13 mai 40.

7 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Par sa position centrale, le musée est un point de départ idéal pour parcourir le champ de bataille : traces des combats sur les murs des maisons, vestiges de l’ancien pont d’Yvoir, Mémorial de Haut-le-Wastia, nombreux monuments aux combattants français et belges ou aux victimes civiles, casemate et écluse de Houx, site de franchissement de Bouvignes, grotte de Salet, tombes françaises de Denée et Bouvignes… Les passionnés d’histoire militaire seront étonnés.

Depuis sa création, le Musée du Souvenir repose uniquement sur le travail de bénévoles. Loin de se contenter d’entasser photos, uniformes et équipements, ils donnent vie et sens aux collections. Ils assurent aussi les visites guidées, organisent avec la Commune d’Anhée les commémorations, poursuivent l’étude des événements et proposent des tours commentés du champ de bataille.

Olivier Voets

Major en retraite, Membre du Musée du Souvenir, Délégué local du Souvenir Français

En pratique

Ouvert de mai à mi-octobre. Les samedis, dimanches et jours fériés de 13h30 à 18h
Visite de groupes et tour du champ de bataille possibles toute l’année, même en semaine, sur rendez-vous.
En raison du COVID, il est conseillé de se renseigner sur les jours d’ouverture

Détails sur http://www.museedusouvenirmai40.be/

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK