Le plus grand Musée du Monde

[A VISITER] Le Préhistomuseum : réveillez le primitif qui sommeille en vous

Quand ils ont mis au jour en 1907 les sépultures d’enfants du néolithique puis la grotte de Ramioul, les archéologues amateurs de l’association ‘Les Chercheurs de la Wallonie’ avaient formulé un vœu : que leur découverte soit un jour valorisée dans un musée et contribue ainsi à l’éducation de tout un chacun.
 

Près d’un siècle plus tard, leurs successeurs membres de cette asbl toujours dynamique aujourd’hui ont créé en 1987,avec la commune de Flémalle, " le musée de la Préhistoire en Wallonie " et ont apprécié en 1994 le développement du Préhistosite de Ramioul auquel a succédé le Préhistomuseum en 2016, un véritable parc d’aventures de la Préhistoire.
 


Un muséo-parc citoyen



Aujourd’hui, le site archéologique et sa forêt de 30 hectares accueillent bon an mal an plus de 50.000 visiteurs, mettant en œuvre la raison d’être du Préhistomuseum : permettre à chacun(e) de vivre l’expérience de l’humanité par la rencontre avec la Préhistoire et l’archéologie.

" Le Préhistomuseum, explique son directeur et archéologue préhistorien Fernand Collin, est un muséo-parc qui existe pour, par et avec ses usagers. C’est un musée d’archéologie qui se positionne comme un musée de société, éthique et citoyen, qui met ses collections en perspective en s’alignant sur les questionnements de notre société. "

Le Préhistomuseum se trouve tout naturellement à Ramioul (Flémalle), à proximité de Liège et à l’entrée des Ardennes, dans un vallon boisé classé. Ce vaste domaine se situe près des grottes d’Engis, là où Schmerling a trouvé au début du 19e siècle des ossements d’animaux et des silex taillés. " Ces découvertes, souligne Fernand Collin, lui ont permis, pour la première fois au monde, d’envisager une humanité antérieure au déluge. Jusqu’à cette époque, on expliquait le monde en lisant la Bible. C’est aussi fondamental que la terre ronde de Galilée. "
Le Préhistomuseum, très en lien avec ce site exceptionnel, figure donc bien dans l’un des berceaux mondiaux de la Préhistoire.
 

 

 

5 images
© Tous droits réservés

Patrimoine, nature et sciences



Il aborde trois grands thèmes : le patrimoine, la nature et les sciences.

Ainsi, chaque jour, des archéologues-médiateurs cherchent par la rencontre, l’expérience et la démonstration à susciter le plaisir, l’émotion et l’étonnement afin de stimuler la curiosité et l’envie de découvrir et de préserver notre patrimoine.
Au sein d’un bâtiment à l’architecture moderne enrobée d’acier corten, le Préhistomuseum conserve 500.000 objets archéologiques, présentant au public un échantillon représentatif de la préhistoire en Wallonie. D’autre part, la grotte se visite désormais autrement, dans le noir avec un casque équipé d’une lampe frontale. Le visiteur est également convié à une balade dans le site classé de 30 ha à la découverte des traces de l’évolution du paysage, lesquelles sont en fait des éléments de notre patrimoine.

Enfin, sous les conseils d’un historien de la gastronomie, l’archéobistrot du musée propose quelques mets tirés de recettes historiques.
 

Côté nature, une ferme pédagogique (animaux et plantes) explique le basculement du rapport de l’homme avec la nature au Néolithique, dont l’impact se fait toujours ressentir aujourd’hui avec plus d’acuité en terme d’utilisation limitée des ressources de la Terre. Le parcours de chasse à l’arc et au propulseur aborde la question de la diversité des biotopes durant la préhistoire. Cette activité permet de se poser des questions sur les enjeux du climat aujourd’hui. Le parcours pieds interpelle sur la relation que chacun d’entre nous a réellement avec la nature aujourd’hui.

Enfin, l’artiste plasticien Werner Moron propose le " Musée de l’éphémère " où il convoque tout un chacun à une réflexion : est ce que ne rien faire, c’est agir ?


Le Préhistomuseum, qui compte trois centres de recherche, aborde l’évolution en se perdant dans un labyrinthe végétal de 700 mètres, en vivant les impasses de l’humanité. Il montre également -  et c’est rare - l’espace professionnel de la gestion des collections pour présenter les différents métiers intervenant dans l’archéologie. Grâce au laboratoire d’archéologie expérimentale, le visiteur a la chance de découvrir des reconstitutions grandeur nature de constructions préhistoriques.

Ouvrir le centre de recherches au public rend possible un dialogue, voire une collaboration, avec les chercheurs qui tentent de reconstituer les savoir-faire artisanaux de la préhistoire.

 

 

5 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Une approche interactive et citoyenne

 


" Nous avons créé des dispositifs et des expériences variées dans chacune des trois thématiques, précise Fernand Collin. A Ramioul, on prend du plaisir à apprendre, mais aussi à apprendre à apprendre et à apprendre à agir et réagir. Le musée cherche à être utile au développement de la citoyenneté de tous nos visiteurs. Connaître son passé est une nécessité et la Préhistoire démontre que nous sommes une seule et même humanité avec une grande diversité d’expressions culturelles. " Une approche plus que jamais d’actualité dans un musée qui est aussi un musée de l’homme.



Une opération estivale Super Sapiens

 

Pour cet été après-coronavirus, le Préhistomuseum a conçu un programme spécial : une aventure culturelle à vivre en famille ou entre amis pour décrocher les super pouvoirs de l’Homme, soit 11 challenges ludiques à réussir pour devenir un Super Sapiens !
L’offre s’enrichit jusqu’au 30 août avec l’exposition temporaire " Le Trésor d’argent : la puissance d’une civilisation oubliée ", qui raconte l’incroyable histoire d’El Argar et présente des pièces uniques des Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles.

" Le Musée, conclut Fernand Collin, cherche à s’adresser au plus grand nombre en rendant accessible intellectuellement, socialement et physiquement le patrimoine dont il a la garde et la responsabilité. Il cherche à améliorer et développer ses savoirs, savoir-faire et savoir être pour enrichir l’expérience de ses usagers. L’équipe du Musée qualifie son approche de " Pop Archéologie ", c’est-à-dire, " essayer de faire un musée pour ceux qui n’aiment pas les musées comme pour ceux qui les aiment ! ".



En pratique
 


Préhistomuseum, rue de la grotte 128 à 4400 Flémalle.
Tél. : 04/275 49 75.
info@prehistomuseum.be, www.prehisto.museum

Le musée est ouvert tous les jours de 10 à 18h (17h en saison hivernale), sauf les 24, 25, 31 décembre et le 1er janvier.


Tarif réduit cet été : 9 €/enfant, 12 €/adulte.

►►► À lire aussi : Cet été, les musées vont vous faire fondre

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK