Le plus grand Musée du Monde

​​​​​​​A visiter : le Musée des Égouts - un musée vivant hors norme

Le Musée communal des Égouts de Bruxelles est situé dans les anciens pavillons d’octroi de la Porte d’Anderlecht, non loin de la gare du Midi. On entre d’un côté et l’on sort par l’autre… Entre les deux, le visiteur est invité à parcourir plusieurs salles et à effectuer une courte balade souterraine le long de la Senne, puis dans le collecteur d’égout de la Chaussée de Mons.

Vivant, ce musée l’est ! Il plonge le visiteur en conditions réelles et apporte une expérience multisensorielle concrète d’une partie largement méconnue de la Ville : son sous-sol.

Mais ce lieu est bien plus qu’une promenade dans les entrailles de Bruxelles : maquettes, films, objets et anecdotes font la part belle à la rivière Senne, dans laquelle s’évacuaient discrètement nos eaux usées non traitées jusqu’à la mise en service de la station d’épuration Nord en 2007…

4 images
© E. Danhier


Le travail des hommes

La visite met également l’accent sur le travail des hommes dans ce monde souterrain. Il met en exergue les techniques de construction et de réparation des égouts, les moyens de lutte contre les inondations et les dangers du métier d’égoutier.

Dès sa création, d’authentiques égoutiers professionnels ont participé à la conception et au fonctionnement de ce musée hors du commun. Certains anciens y travaillent encore comme gardiens, et ils ne sont pas avares en anecdotes insolites, transmettant ainsi leur expérience au public qui ignore souvent tout des dangers de ce monde souterrain.

Le musée sensibilise les visiteurs au cycle de l’eau et à l’importance de prendre soin de notre 'or bleu'. Ses actions de médiation s’opèrent bien entendu à l’intérieur des bâtiments du musée mais aussi hors les murs, dans l’espace public, dans les cours de récré des écoles, et lors de festivals.
 

Une collection insolite

Le musée des égouts de Bruxelles conserve une collection d’objets essentiels pour comprendre le travail des hommes dans ce monde souterrain et l’évolution des normes de sécurité.

Ces objets, parfois très insolites et toujours chargés d’histoire, permettent de prendre la mesure des risques encourus par les égoutiers pour assurer le fonctionnement de notre réseau d’assainissement des eaux usées. La collecte de témoignages d’égoutiers fait également partie de la politique d’acquisition du musée, qui joue pleinement son rôle de passeur de mémoire.

4 images
© E. Danhier

La Senne underground


Grande protagoniste du Musée des Égouts, la Senne est intimement liée à Bruxelles dont l’étymologie – Bruocsella, littéralement 'hameau dans le marais' – rappelle que la ville est née dans son humide vallée.
 

Le bassin versant de cette rivière a profondément forgé le paysage bruxellois. Elle a aussi joué un rôle capital dans le développement économique, urbanistique et social de la ville. Cette rivière a pourtant disparu du paysage du centre-ville, détournée de son cours initial et voûtée.
 

 

Le trésor de la rivière

Le premier voûtement de la Senne a marqué durablement les Bruxellois, puisqu’il a enfui la rivière sous terre, la faisant disparaître du centre-ville au profit de larges boulevards de type haussmannien.

La pierre inaugurale de ce chantier datant de 1867 est exposée au musée. Au sein de la pierre était scellé un 'trésor', une urne de plomb contenant des pièces d’or et d’argent à l’effigie de nos premiers rois, Léopold Ier et Léopold II.

Cet ensemble est à découvrir dans la première salle du musée. Il éveille l’imaginaire des plus jeunes et signale aux autres toute l’importance et le faste déployés pour la mise en œuvre d’un tel chantier public au 19e siècle.
 

Le collecteur et son wagon-vanne

La visite du collecteur de la Chaussée de Mons est une expérience qui ne laisse aucun visiteur indifférent. Les sons, les odeurs, l’atmosphère humide font de ce passage une expérience à part entière.

Le wagon-vanne, l’une de ces bêtes qui servaient au curage des collecteurs et dont le halage nécessitait pas moins de six égoutiers s’y observe encore in situ.


Comment est né le musée ?

Le Service des Égouts de la Ville de Bruxelles fut, dans la deuxième moitié du 20e siècle, de plus en plus souvent sollicité pour organiser des visites guidées de son réseau souterrain. De cette demande croissante a germé l’idée de créer un musée sur ce thème.

Pour ce projet, le site des pavillons d’octroi de la porte d’Anderlecht était tout indiqué car il surmonte à la fois le pertuis de la Senne, un collecteur, et des égouts secondaires. Le musée a été inauguré le 30 mai 1988.

Le Service des Égouts s’est occupé de la conception et de la gestion du musée avec la collaboration de différentes personnes : ingénieurs, scientifiques, historiens, mais aussi des égoutiers de terrain, dont les compétences, l’expérience et les nombreuses anecdotes ont offert un point de vue irremplaçable.

Rénové en 2007, le Musée des Égouts est aujourd’hui intégré au Département de la Culture, au même titre que les autres musées de la Ville de Bruxelles. Le Service des Égouts de la Ville de Bruxelles a cédé la gestion et l’entretien du réseau d’égouttage à VIVAQUA en 2010.
 


 

Infos pratiques

Musée des Egouts

Porte d’Anderlecht, 1000 Bruxelles
Du mardi au samedi de 10h à 17h
Fermé le dimanche, lundi et les 1/1, 1/5, 1/11, 11/11, 25/12
T. +32 (0) 2 279 43 83
www.museedesegouts.brussels
#museedesegouts
T 51 & 82 / B 46
Gare du Midi : 13’
Grand-Place : 15’

 


 

>>> Retrouvez le podcast de l'émission Le plus grand musée du monde ci-dessous.
Aude Hendrick, Conservatrice du Musée des Egouts de Bruxelles et Roland Vereycken, ancien égoutier, nous font découvrir ce musée étonnant.


 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK