Le Mug

United Comics of Belgium : une mosaïque d’artistes au Centre belge de la Bande Dessinée à Bruxelles


Une exposition met en avant le travail de 27 autrices/auteurs de bande dessinée belges, issus de différentes générations, genres et communautés. Miroir de la création belge en 2020, l’exposition est 'un instantané de la création' bouillonnante, diverse et multiple, contradictoire, chaotique, novatrice, prometteuse, provocatrice, créative, artistique, riche, diversifiée et marquante ! Présentation avec Johan De Moor, dessinateur de bande dessinée, l’un des commissaires de l’expo.

Cette exposition a été construite de façon collégiale, sur le thème : que faisiez-vous en 2020 ? Ses 9 commissaires, de générations, langues, styles confondus, Johan De Moor, Olivier Grenson, Marc Hardy, Exaheva, Noémie Marsily, Mobidic, Séraphine, Judith Vanistendael et Jana Vasiljevic, ont chacun choisi leurs dessinateurs coups de coeur, pour faire l’ensemble des 27 exposants.

On retrouve ainsi les artistes Marec, Kim Duchateau, Max de Radiguès, José Parrondo, Chariospirale, Thijs Desmet, Hermann, Mathilde Vangheluwe, Aurélie William Levaux, Léonie Bischoff, Ptiluc, Jean-Claire Lacroix, Ephameron, Benoit Feroumont, Romain Renard, Wide Vercnocke, Valentine Gallardo et Elodie Shanta.

"Rien que de la qualité, rien que du belge !"

Chaque artiste expose un projet en cours ou publié dans l’année 2020, qu’il s’agisse de planches originales, d’œuvres numériques, d’installations, de sculptures,… pour livrer un instantané de la bande dessinée dans notre pays.

______________

Illustrer l'année 2020

Le premier confinement a été très particulier pour tout le monde. Il y avait une sorte de curiosité chez les gens, explique Johan De Moor. Comme il est aussi dessinateur de presse, il a fait de multiples dessins sur le sujet.

Le dessin de presse est un peu le parent pauvre de la BD. Il a donc eu envie, lorsqu’il a reçu ce mandat de commissaire d’expo, de demander à d’autres cartoonists d’exposer avec lui. Il a ainsi choisi deux amis, néerlandophones comme lui : la machine de guerre du dessin Marec, qui dessine dans Het Nieuwsblad, et qui est très graphique, très rapide. Et Kim Duchateau, davantage dans le style Monthy Pythons, plus trash, plus comics.

Je suis content d’avoir montré cette facette-là, comme d’autres dans l’exposition,
montrer des facettes picturales, illustratives, pas uniquement la bande dessinée.

L’expo s’ouvre sur le travail de Johan De Moor. On entre de plain-pied dans les sujets d’actualité que l’on connaît tous, avec de la caricature, du détournement d’oeuvres connues, des rouleaux de papier toilette, un caddie bien rempli, symboles de 2020, des caricatures de politiques, des masques…

Une mosaïque de genres

Le fil rouge, c’est la recommandation : on a presque l’impression de se balader dans une soirée où chaque invité nous présente une personne qu’il connaît.

"Il y avait une volonté de créer quelque chose d’intime, souligne Johan De Moor. Le fait de s’être vu quelques fois entre nous… Malheureusement pas suffisamment, il aurait dû y avoir beaucoup plus d’interconnexions, mais ça n’a pas été possible, vu la situation. J’ai découvert des gens que je ne connaissais pas, ou pas très bien, comme Mobidic."

Cela donne une véritable mosaïque d’artistes, de genres, de sujets d’intérêt très différents : il y a de la bande dessinée, du multimédia, de la broderie, de la céramique,… et une exposition magnifiquement belle ! Comme l’explique l’artiste Judith Vanistendael, ce confinement a généré chez elle un très grand besoin de créer de la beauté.
 

Une envie de découverte

"Vous savez, le lecteur, maintenant, est prêt à voir des choses nouvelles, observe Johan De Moor. Je crois que la période des séries, c’est bien, ça va certainement revenir un jour, mais ce qu’on va retenir de cette situation, c’est qu’on va vouloir avoir de l’étonnement. Le graphisme va jouer, le format du livre n’a plus aucune importance, ni le nombre de plages. Les éditeurs ont compris cela aussi, et c’est un avantage extraordinaire.

A une époque, quand on était graphiquement fort mais qu’on n’avait rien à raconter, on était un peu mis à l’écart, tandis que maintenant, il y a des gens qui dessinent beaucoup mieux que moi, des gens vraiment extraordinaires. Et le fait que cette exposition présente des vieux croulants comme moi et des gens de 20 ans, c’est extraordinaire comme on s’entend ! "

Il est en effet très peu courant et magnifique de retrouver dans un même espace, assez restreint, des gens comme Marc Hardy et Hermann, qui sont des gens de la bande dessinée la plus populaire, au sens noble du terme, la plus classique, aux côtés d’auteurs et d’autrices extrêmement modernes, voire carrément trash pour certains. Et le côté féminin de la bande dessinée est aussi admirablement représenté dans cette exposition.
 

United Comics of Belgium,
une exposition à découvrir au Centre belge de la Bande Dessinée,
rue des Sables, à Bruxelles, jusqu’au 26 septembre 2021.
Et 
Johan De Moor est à écouter ici…
 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK