Le Mug

Lockdown Portraits : témoignages du confinement


Depuis mars 2020, la photographe bruxelloise Sophie Lenoir fait le tour de la ville avec son appareil photo. Elle photographie les Bruxellois sur le pas de leur porte, qui est devenue en quelque sorte notre frontière à tous. En lisant les témoignages des personnes photographiées, on voit aussi l’impact du confinement sur la vie quotidienne à travers les différentes saisons. Une partie de ces Lockdown Portraits est à découvrir, jusqu’au 28 février, à Ixelles.

Parmi la série qui comprend désormais près de 500 portraits de confinement, 40 portraits des habitants d’Ixelles sont mis en avant à la Chapelle de Boondael, en combinaison avec quelques images d’Ixelles qui évoquent le contexte dans lequel la série a été réalisée : une ville abandonnée.


Documenter une époque particulière

Sophie Lenoir venait tout juste de lancer son activité de photographe d’événements lorsque le confinement a été décidé. Elle a alors eu l’idée d’arpenter les rues de son quartier et de faire des photos des voisins sur le pas de leur porte. Le succès aidant, elle a élargi son périmètre, pris son vélo et fait le tour d’autres quartiers de Bruxelles. Elle a aussi demandé à chaque participant de raconter comment se passait le confinement pour lui.

Ces photos font aujourd’hui partie du projet Lockdown Portraits, qui compte déjà plus de 500 portraits. Mais Sophie Lenoir n’a pas l’intention de s’arrêter là, elle compte continuer plus ou moins jusqu’à ce que la vie normale reprenne. Parce qu’elle souhaite vraiment documenter du début à la fin cette période assez exceptionnelle, vraiment historique. D’autant plus que les témoignages des personnes photographiées évoquent le confinement de façon très personnelle.


Optimisme et enthousiasme

Sophie Lenoir a été accueillie avec grand enthousiasme par les habitants de ces communes bruxelloises, en particulier lors du premier confinement, où toute rencontre prenait un caractère exceptionnel. Les personnes photographiées, sur base volontaire, il faut le préciser, voyaient aussi là l’occasion de poser pour une belle photo de famille, mais aussi de garder un témoignage de cette époque particulière.

Ce qui est surprenant lorsqu’on visite l’exposition, c’est l’impression générale qui ressort des témoignages et des photos : un vrai souffle d’optimisme et de joie.

"Je pense que les gens ont quand même cherché les points positifs à ce confinement. Et c’est effectivement ça que l’on ressent quand on lit l’ensemble des petits textes."
 

Expo !

Sophie Lenoir va continuer à documenter le confinement. Elle souhaite clôturer ce projet en publiant un livre où les photos et les témoignages figureront tous, de façon chronologique. On verra ainsi les saisons s’égrener au fil des pages : les couleurs changeront, les vêtements, la nature… Et pourquoi pas aussi une expo globale ou un petit événement pour finir en beauté !

En attendant, une partie des Lockdown Portraits est exposée à la Chapelle de Boondael, à Ixelles : une quarantaine de portraits, présentant des habitants de la commune, ainsi que des photos de la ville et des rues pour situer le contexte. Une exposition avec déjà eu lieu à Woluwe Saint Pierre et à Woluwe Saint Lambert, sur le même principe.

L’exposition est à voir jusqu’au 28 février à la Chapelle de Boondael (Square du Vieux Tilleul 10, 1050 Ixelles).
 

Et si vous souhaitez intégrer cette galerie de portraits,
vous pouvez vous inscrire via le site de Sophie Lenoir, lenoirphotography.be
Toutes les communes bruxelloises sont les bienvenues !

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK