Le Mug

Le boom des livres audio : "Ecouter un livre, c’est vraiment lire"

L’engouement pour le livre numérique et audio ne cesse d’augmenter. Êtes-vous déjà habitué à ce type de lecture ? Avez-vous envie de sauter le pas ? Le Mug fait le point avec Valérie Levy-Soussan, directrice d’Audiolib, une maison d’édition parisienne de livres audio.

Ecouter un livre audio, est-ce tricher ?

Un livre audio, c’est l’enregistrement de la lecture par un comédien ou une comédienne d’un livre qui a été précédemment publié sous format imprimé.

On dit souvent que le livre audio, ce n’est pas vraiment lire, que c’est une lecture pour paresseux. Le problème est qu’il y a des gens qui ont un peu de mal à lire, qu’ils soient un peu réfractaires à la lecture ou qu’ils aient des problèmes de vue, explique Valérie Levy-Soussan.

"Et donc écouter un livre, c’est vraiment lire. D’ailleurs, quand on est jeune, on vous lit, et c’est par cela que vous entrez dans la lecture."

L’ancêtre du livre audio serait-il l’adaptation radiophonique ?

Pour Valérie Levy-Soussan, tout est lié, mais le livre audio est une lecture assez fidèle, et un peu neutre, en retrait, pour laisser place à l’imaginaire du lecteur. La pièce radiophonique est, pour sa part, une sorte de dramatisation de la lecture. Il y a plusieurs voix, plusieurs comédiens.

"Et très souvent, c’est ce qui a vraiment développé à la radio le goût des pièces, de la fiction. Je dirais que ce sont deux choses parallèles, un peu comme maintenant, on a des podcasts et on a des livres audio."

Quand l’auteur lit son propre texte

Un livre audio peut être raconté par un comédien ou par son auteur. "En général, on ne cherche pas à convaincre un auteur de lire son propre livre. Souvent, ça vient de lui."

La lecture est vraiment un travail particulier. Les comédiens ont développé une grande faculté pour lire et pour faire vivre un texte, pour apporter toutes les variations, toute l’intelligence du texte. C’est un métier.

Certains auteurs savent lire, ils peuvent particulièrement bien rendre leur livre. C’est le cas d’Oxmo Puccino, qui est un écrivain mais qui est aussi un homme de spectacle, qui travaille sa voix. "Pour son livre Les Réveilleurs de soleil, c’était un peu évident. Et il s’est familiarisé peu à peu avec cet exercice, en studio."

"Très souvent, cela vient donc de l’auteur ou de l’autrice, parce qu’ils s’en sentent capables, parce qu’ils en ont envie et surtout, parce qu’ils ont développé une pratique de la lecture à voix haute. Avec ceux-là, c’est très intéressant de travailler pour le livre audio."

Une rencontre entre un comédien et un texte

Quand un acteur ou une actrice a une voix un peu trop particulière et donc reconnaissable, comment oublier la personne et se laisser emporter par le texte ? On pense à Jean-Pierre Marielle, Fabrice Lucchini, André Dussolier, Edouard Baer, etc.

"Mais le talent du comédien, comme au théâtre […], c’est qu’il va jouer différemment. C’est vraiment le rôle du comédien et le rôle du réalisateur et du producteur, que le comédien se coule dans le livre, dans le texte. Et souvent, quand on choisit ce type de comédien, c’est parce qu’il y a une raison, il y a une affinité particulière avec le texte. Donc je dirais que c’est toujours une conjonction, une rencontre entre un comédien et un texte", précise Valérie Levy-Soussan.

Les avantages d’un livre audio

On reproche au livre audio d’être destiné aux lecteurs paresseux ou aux lecteurs pressés, alors qu’il faut parfois 10 heures pour les écouter !

"Justement, il faut prendre son temps, développer sa concentration. On lit par séquence de 10 ou 15 minutes, un chapitre ou deux."

Le livre audio présente l’avantage de faciliter l’accès à la lecture, en particulier d’un point de vue pédagogique, par exemple pour des jeunes un peu réticents, qui n’aiment pas lire de gros livres. L’émotion que suscite une lecture transmise par la voix va permettre au lecteur de rentrer très facilement dans le livre ou d’apprendre mieux, explique Valérie Levy-Soussan.

Il y a aussi le fait de pouvoir faire autre chose. Ce n’est pas le fait d’être pressé, mais, quand on conduit ou qu’on effectue une tâche répétitive, de pouvoir s’évader en écoutant autre chose, en apprenant ou en se distrayant. Cela permet de mettre à profit son temps. "Et on ne peut pas zapper, la lecture d’un livre audio, c’est vraiment une écoute attentive du texte."

Quel profil de lecteurs ?

Le profil a beaucoup évolué dans le temps. Il y a une dizaine d’années, le livre audio s’adressait plutôt aux lecteurs traditionnels qui achetaient des livres, allaient en librairie. Le profil type était plutôt une lectrice de 40-45 ans, qui habitait dans des villes.

Aujourd’hui, le livre audio se démocratise et voit arriver une clientèle plus jeune, autour de la trentaine, ainsi que des jeunes dans la tranche 18-25, et une clientèle un peu plus masculine. Les habitudes sont en train de changer.

Le podcast a-t-il dopé le livre audio ?

"Le livre audio avait déjà commencé à se diffuser de plus en plus. Le podcast s’est développé ces 2 ou 3 dernières années et on voit que cet usage de l’écoute s’est répandu, notamment aussi grâce au smartphone qui offre toujours la possibilité d’écouter. Ces deux usages ont été complémentaires", souligne Valérie Levy-Soussan.

Les confinements ont aussi accentué ce phénomène. Beaucoup, bloqués chez eux, ont cherché une alternative, soit pour eux-mêmes, pour se couper des informations un peu anxiogènes, soit pour leurs enfants.

"On va écouter quelque chose qui vous relie différemment au monde et que vous pouvez choisir."

Quelles tendances ?

Les tendances évoluent. Il y a quelques années, c’était plutôt des livres audio autour de la méditation.

"Actuellement, le plus gros succès va être 'Une terre promise' de Barack Obama, sorti à l’hiver dernier. Le livre audio rend accessible cette énorme biographie tout à fait passionnante et cette histoire de la Maison Blanche."

Les livres de Pierre Lemaître, Amélie Nothomb, Eric-Emmanuel Schmitt ont constitué de très bonnes ventes.

Aujourd’hui, on observe une tendance vers la science-fiction, vers la fantasy. Cette clientèle plus jeune a des goûts un peu différents. On peut maintenant écouter les sagas majeures de ce genre, ce qu’on n’aurait pas pu faire il y a quelques années. Le Seigneur des Anneaux, les Tolkien sont de grands succès.

Tous les romans policiers ont toujours été très appréciés, notamment Millenium il y a quelques années. C’est une écoute qui est très entraînante.

Dans une autre catégorie, il y a tout ce qui s’apparente à la non-fiction, c’est-à-dire le savoir. Le grand succès, c’est Sapiens de Yuval Noah Harari, qui présente une histoire de l’humanité, très narrative. "C’est un plaisir d’écouter et d’apprendre !"

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK